TEST - Dagoma Neva - L'impression 3D pour tous ! - MrHighTech
Accueil » Tests HighTech » TEST – Dagoma Neva – L’impression 3D pour tous !
Impression 3D Imprimantes 3D Tests HighTech

TEST – Dagoma Neva – L’impression 3D pour tous !

Il y a de cela quelques mois, nous vous présentions l’imprimante 3D de type “reprap” signée Dagoma : la DiscoEasy200. Force de cette expérience, nous avons voulu et eu la chance de tester le nouveau modèle de la firme française : la Neva !

Son design attractif, sa simplicité d’utilisation et ses performances accrues nous ont tout bonnement ravis. Vous comprendrez tout au long de ce test comment Dagoma tend à rendre accessible à tous l’impression 3D ou comment révolutionner l’utilisation des imprimantes 3D au quotidien.

Qu’est- ce que la NEVA ?

Présentée au public en mai 2017, la Neva est la dernière née de la société Roubaisienne Dagoma. C’est une imprimante de type Delta et contrairement aux imprimantes les plus connues du marché, elle propose une technologie basée sur une impression 3D où le plateau reste fixe et seule la tête d’impression s’agite et imprime couches par couches vos objets en trois dimensions. Elle utilise la technologie FDM (Fused Deposition Modeling : Dépôt de Matière Fondue) en chauffant et déposant du PLA (un polymère entièrement biodégradable).

Unboxing

Ce que l’on se dit d’entrée de jeu quand on voit la Neva et son emballage, c’est qu’on va bien s’amuser !

Le carton est plutôt imposant comparé à sa petite sœur vendue en kit (la DiscoEasy 200). Mais comme il nous est promis une imprimante “plug and play”, on ne s’offusque pas cette fois-ci de ne pas devoir la monter nous-même. Ainsi, c’est un packaging propre, soigné et très coloré avec le visuel en taille réelle de l’imprimante et de nombreux objets déjà imprimés avec cette dernière. On pourra imprimer très facilement des figurines, des objets du quotidien pour la cuisine, le bricolage, des décorations, des outils ou supports en tous genres… La seule limite étant notre imagination !

Elle se dévoile bien emballée et protégée avec un beau design de couleur gris et orange avec une base et un top en forme de triangle. On remarque six tiges métalliques verticales munies de trois chariots avec courroies qui vont monter et descendre. Sur ces chariots sont fixés six bras aimantés reliés à la tête d’impression.

On s’étonne même que la base, le support de la tête d’impression, l’extrudeur et le top sont des composants imprimés par les équipes de Dagoma. C’est un tour de force de nous proposer une imprimante de ce calibre avec des parties imprimées. C’est très bien fait et on a vite envie de savoir ce qu’elle a dans le ventre.

En façade, on remarque de suite un seul bouton de fonction, un extrudeur (moteur poussant le filament) sur le côté droit, une prise pour la relier au transformateur 12V et enfin une sortie usb pour une future mise à jour de firmware. Le bouton est multifonction : on peut ainsi calibrer la machine, lancer une impression, faire pause pour changer la couleur du filament et relancer l’impression. C’est un concentré de technologie dans un seul bouton. Nous sommes bluffés !

Dans le carton, on découvre ainsi l’imprimante avec une notice et de nombreux accessoires afin de bien commencer ses premiers modèles : six bras aimantés, une notice illustrée, un échantillon de filament PLA, une carte SD de 4Go, un adaptateur de carte SD pour les transferts depuis PC ou Mac, deux pochettes de lingettes pour nettoyer le plateau de l’imprimante, un câble usb pour relier la Neva à un ordinateur, et pour la joie des petits et grands : deux bonbons Arlequin (nos bonbons préférés d’ailleurs).

La Neva propose un minimum de montage : il nous faudra uniquement sortir la Neva, retirer les cartons de protection et placer la tête d’impression aux bras aimantés en respectant la polarité préconisée par la notice. Il faut ensuite brancher l’adaptateur secteur et puis c’est tout ! Il suffira de mettre l’échantillon de filament dans l’extrudeur jusque la tête d’impression et d’insérer la carte SD avec un “gcode” dessus.

Fonctionnalités

La Neva a la particularité de proposer une calibration automatique (pas de calcul d’offset à faire, pas de tatonnage qui risquerait de rayer le plateau avant même la première utilisation). La calibration se fait facilement, on presse le bouton de façade, on maintient la pression et on insère la prise du transformateur 12V. Après deux ou trois secondes, la tête bouge et effectue en trois minutes chrono une calibration parfaite. Enfin, nous découvrons une superbe fonction très innovante : Le Tap Tap ! En tapant deux fois le plateau avec une cadence d’un double clic, vous pouvez, durant une pause, mettre en chauffe la tête et sortir automatiquement le filament de l’extrudeur. Vous pouvez ainsi changer à la volée votre filament et continuer votre objet avec une autre couleur. À vous les objets multicolores en un tour de main ! L’imprimante est munie dans son bloc extrudeur d’un detectfil. Si votre bobine arrive à la fin de son filament durant l’impression, l’impression se mettra en pause automatiquement. Vous pourrez ainsi sauver de nombreux travaux et d’heures d’impression grâce à cette fonctionnalité. C’est très bien pensé.

Caractéristiques

Côté technique, voici un tableau résumant les spécificités de la Neva :

Taille : 53.5cm
Base (volume d’impression) : 18×20 cm
Matériau recommandé : PLA (normal, flexible, wood, renforcée, etc.)
Diamètre du filament : 1.75 mm
Diamètre de la buse : 0.4 mm
Température d’extrusion : 270°C max
Dimensions de l’imprimante : 305 mm (profondeur avec extrudeur) x 275 mm (profondeur classique) x 535 mm (hauteur)
Poids : 4,3 kg
Volume d’impression : Ø180 (base) x 200 mm (hauteur)
Épaisseur de couche minimale : 0.1 mm (100 microns)
Précision positionnement Z : 12.5 microns
Précision positionnement XY : 50 microns
Volume d’impression maximal : 5 litres
Vitesse d’impression : 30 à 100 mm/s

Utilisation et Performances

Cette belle imprimante au design attractif donne envie de la placer n’importe où chez soi. Elle se fond facilement dans le décor. On pourra ainsi la contempler en passant devant, la regarder imprimer sans se lasser ou susciter les interrogations de ses proches lors d’un repas entre amis. Elle sera à coup sûr l’attraction de la soirée. Lorsqu’elle tourne, c’est à la fois joli, mais aussi, il faut l’avouer, un peu bruyant. Elle n’est ni discrète visuellement, ni auditivement parlant mais cela reste raisonnable pour une imprimante 3D.

Il faut dire que sa vitesse d’impression est assez rapide (entre 30 et 100mms) et propose une précision plaisante. Nous sommes ravis des objets sortis en 0.1mm. Même en rapide (0.2mm), la qualité est bonne. Le volume d’impression, quant à lui, est plus petit que la discoeasy : 5.1 dm3 (litres) contre 8 dm3 pour la discoeasy. Cela sera le seul talon d’Achille de la Neva : son volume d’impression pur. Mais sachez que vous pouvez toujours imprimer vos pièces en plusieurs parties et les « coller” plus tard et/ou construire un objet plus conséquent. Parfois, imprimer de gros volume demande un travail de post-production (collage, ponçage, finitions au mastic et peinture). Les profils de type maquettistes connaissent bien cela : ce sont des travaux courants dans le monde de la création 3D. D’autres se contenteront de faire une pièce d’un bloc et l’utiliseront ou l’exposeront telle quelle.

La première impression

Comme dit l’adage : on n’a pas deux occasions de faire une première bonne impression. Et la Neva répond bien à cela ! Mais avant d’imprimer, il nous faut bien trouver un sujet à imprimer et le préparer pour l’imprimante.

Dagoma a bien fait les choses et nous accompagne tout au long du processus d’impression en nous proposant un logiciel (trancheur/Slicer) optimisé et simplifié pour la Neva. Il se nomme « Cura by Dagoma Neva » et il est facilement téléchargeable sur le site de Dagoma (https://dist.dagoma.fr/). Cura by dagoma est ainsi un logiciel qui découpe couche par couche votre objet à imprimer. Ce logiciel est épuré et très facile d’utilisation.

On pourra ainsi :
importer des objets, les redimensionner, les orienter ou même les dupliquer pour optimiser la surface d’impression disponible. 
– choisir le type de filament utilisé (chromatik, octofiber, polyflex, wood…) et la qualité d’impression (brouillon : 0.2mm, normal : 0.15mm et fine : 0.1mm).
– choisir une impression avec ou sans support pour les pièces complexes et présentant des parties dans le vide (que l’imprimante ne pourra pas imprimer sans support).
– une option très utile est aussi proposée : vous pouvez décider à partir de quelle couche vous souhaitez changer la couleur de votre impression pour faire des objets colorés et complexes.

Il faut savoir que de nombreux sites proposent des milliers objets 3D gratuits sur internet. Les plus connus sont thingiverse, Cults ou MyMiniFactory. On pourra aussi modéliser ses propres objets sur des sites ou logiciels gratuits comme tinkercad, Google sketchup … Mais pour trouver simplement des modèles 3D quand on ne sait pas modéliser des objets soi-même, il suffit de se rendre sur la bibliothèque ROAD by Dagoma pour découvrir les objets présélectionnés et déjà préparés (optimisés) pour la Neva. C’est du “prêt à imprimer” ! Il suffira de glisser le fichier dagoma0.g à la racine de la carte SD et d’insérer cette dernière dans le lecteur de carte de la Neva. On place le filament jusque la buse, on presse simplement le bouton et c’est parti, la magie opère ! Tout est fait pour bien débuter dans cet univers sans fin de l’impression 3D.

Et voilà la partie la plus fun : L’impression !

Dagoma nous a gâtés. Afin de tester en profondeur la Neva, nous avons eu, en plus du prêt de l’imprimante, deux kilos de PLA. Une bobine de filament noir et une bobine argent. Ainsi, nous n’avons pas pu résister et notre première impression fut le fameux petit bateau Benchy qui servira de stress test initial. Nous sommes rassurés, l’impression est parfaite ! Quelle joie de sortir des objets de cette qualité ! Ainsi nous enchainons sur une figurine du Surfer d’argent. Oui, nous n’avons pas choisi la facilité mais il fallait bien constater ses performances ! La qualité est remarquable. Les détails mêmes infimes sont bluffants. Les muscles, les doigts des mains, la pause et l’expression du visage du héros y sont !

On va ainsi tout au long du test enchainer les objets techniques et complexes comme un buste de Batman ou du T800, le penseur de Rodin, un photophore et un buste de yoda en voroid (forme complexe avec des trous), et même notre propre logo modélisé par nos soins sur tinkercad puis imprimé en multicouche de couleur. Le rendu est parfait. Un champ infini de possibilités s’ouvre à nous avec simplicité et précision et nous en avons profité ! Il sera un crève-cœur de la rendre car elle fait déjà partie de la rédaction…

Conclusion

Dagoma nous propose une belle imprimante, design, performante et fabriquée en France. Elle est livrée avec tous ses accessoires pour bien débuter. On met gratuitement à notre disposition un logiciel simplifié et adapté à la Neva (Cura by Dagoma), une bibliothèque en ligne (ROAD) qui s’étoffe de jour en jour et cerise sur le plateau, un service client à l’écoute et réactif ! Sur le site internet de Dagoma, un support technique a été mis en place pour orienter et accompagner les clients. Que vous débutiez ou que vous souhaitiez régler un soucis technique, Dagoma vous accompagne.

La Neva a su nous séduire par toutes ses qualités, ses fonctionnalités et pour un prix de 499€, il faut reconnaitre qu’on en a pour son argent. C’est un investissement, certes mais la machine est déjà montée, s’autocalibre et elle est d’une précision redoutable. Si vous souhaitez enchainer les impressions 3D sans prise de tête, le choix est vite fait : La Neva est là !

NEVA

499.00
9.3

Design

9.8/10

Fonctionnalité

9.0/10

Qualité d'impression

9.0/10

Ce que l\'on aime :

  • Design
  • Facilité d'utilisation
  • Qualité d'impression
  • Service Client

Ce que l\'on aime moins :

  • Volume d'impression
  • Logiciel trop fermé

À Propos de l'auteur

Denis

Avant tout épicurien, Gamer, Geek, adorant la technologie et les gadgets. D'aucun dirait que je suis tombé dedans quand j'étais petit. Et en effet, je suis de la génération numérique. J'aime cependant le mode de vie des anciens, celui des valeurs et de la débrouille.

1 Commentaire

Cliquez ici pour commenter

Suivez nous ! Concours – Tests …

Developper votre application IOS – Android

Vous souhaitez concrétiser votre projet d’application mobile et devenir le prochain Mark Zuckerberg (sans la case prison), contactez l’équipe de Squirrel !

Découvrez Photobee.fr

Votre imprimante de poche : Photobee.fr ! REMISE 15 € avec le code “BEESPECIAL” !

Découvrez Demooz :

Testez vos produits high-tech gratuitement :

Découvrez Synology

Publicité