Accueil » Tests HighTech » Test – Gigabyte Sabre 17 – Le portable gamer grande taille idéal ?
Gaming Ordinateur Portable Ordinateurs Tests HighTech

Test – Gigabyte Sabre 17 – Le portable gamer grande taille idéal ?

Au cours des vacances de fin d’année, le Père Noël n’a pas oublié la cheminée de MrHighTech, et nous avons retrouvé au pied du sapin un ordinateur portable 17″ de chez Gigabyte, et pas n’importe lequel : le Sabre 17 dans sa version GeForce GTX 1060 6Go, de quoi bien nous occuper !

UNBOXING

Le carton d’emballage de l’ordinateur est des plus sobres, en carton avec la marque, le nom et le dessin de l’ordinateur en question. Une fois ouvert, nous retrouvons le portable enveloppé dans un tissu synthétique fibré et maintenu des deux côtés opposés par des mousses de protection. S’y trouvent également le chargeur dans son compartiment ainsi qu’un manuel et un CD de drivers (pour rappel l’ordinateur n’intègre pas de lecteur DVD. Il faudra donc un autre ordinateur ou un lecteur externe pour le lire). Pourquoi  tous les constructeurs ne fournissent pas une clé USB avec les drivers ? Les CD sont maintenant dépassés. Gigabyte nous livre donc le strict minimum sur ce point, mais là n’est pas la priorité, surtout dans une gamme de tarif compétitive.

DESIGN

Une fois déballé et posé sur une table, nous retrouvons un ordinateur portable de 17 pouces assez sobre également, bien fini et proposant une belle connectique. Une image valant mieux qu’un long récit, voici un petit tour du propriétaire :

Sur la tranche avant, aucune connectique ou bouton d’ouverture du capot, en revanche c’est ici que se trouvent les 4 leds d’activité : power, état de la batterie, mode avion et activité des disques durs. Sur la tranche arrière, même constat, aucune connectique également. Nous pouvons voir les deux charnières d’écran et remarquer la sortie de ventilation. Une seconde sortie est également présente mais est cependant factice pour une question évidente de symétrie dans le design.

Les tranches latérales quant à elles nous régalent : à droite nous retrouvons 1 port USB3.1 au format USB classique, 1 port USB2, les prises Jack Casque et Micro ainsi qu’une seconde extraction d’air, à gauche enfin se trouvent le port de carte SD, un second port USB3.1 au format USB classique, 1 port USB3.1 au format USB Type C, 1 port HDMI plein format, 2 ports Display Port (celui noté d’un petit « D » obtient son signal de la carte graphique Nvidia), 1 prise Ethernet, le port de charge ainsi que l’attache antivol Kensington.

Enfin, sur le dessous se trouvent les arrivées d’air, les grilles des haut-parleurs, la batterie amovible ainsi que les 4 patins antidérapants. Ces derniers ne sont pas éloignés les uns des autres au maximum et cela permet de poser l’ordinateur sur un espace plus petit que ce dernier tout en étant stable.

Pour un pc orienté gamer, nous avons trouvé son design très trop sobre. Cela reste subjectif mais nous pensons que d’autres marques arrivent à rendre leurs machines plus “agressives” comme par exemple en intégrant une unique grille d’extraction d’air arrière utilisant l’intégralité de la tranche rappelant les diffuseurs des supercars. À la rédaction, les avis sont mitigés. Certains aiment son design actuel cependant d’autres membres le préféreraient plus “agressif”.

D’une diagonale de 17 pouces, le clavier est forcément de taille convenable, et la présence du pavé numérique est bienvenue. Il est de type Chiclet et les touches se sont révélées êtres agréables, ni trop bruyantes ni trop effacées. Gigabyte annonce une distance d’activation de 2mm permettant à tous les gamers d’optimiser leur façon de jouer.

L’autre avantage de ce clavier est qu’il est RGB, il s’éclaire sur 3 zones et un logiciel préinstallé permet de contrôler et paramétrer l’éclairage, nous y reviendrons un peu plus loin dans l’article.

Au niveau de la finition, nous n’avons rien eu à redire de particulier. Tout est bien emboité et il n’a jamais “craqué” ou eu de jeu. L’ensemble des parties visibles est en plastique (pas de type soft touch) et malgré quelques traces de doigts au niveau du repose poignet, nous avons trouvé qu’il s’en était plutôt bien sorti sur ce point.

Étant un ordinateur de prêt, nous ne nous sommes pas permis de le démonter, mais selon nos constatations, il semblerait que le retrait des vis permette de retirer l’ensemble du capot inférieur et ainsi avoir un accès aux composants, cela reste néanmoins à vérifier.

CARACTERISTIQUES

 Voici les caractéristiques techniques annoncées par Gigabyte :

  • Processeur : Intel Core i7 7700HQ 4cores/8threads (2,8 – 3,8 Ghz)
  • Mémoire vive : 16 Go de Ram DDR4 2400 (2×8 Go)
  • Carte graphique : Nvidia GeForce GTX1060 6Go GDDR5 et Intel Graphics 630 (support de la technologie Optimus pour désactiver la GeForce lorsqu’il est inutile de l’utiliser et ainsi économiser la batterie)
  • Disques durs : SSD M2 2280 NVME PCIe X4 de 256Gb (ref : Samsung SM951 MZVPV256HDGL) et HDD sata 2,5 » 1Tb à 7200trs/min (ref : HGST Travelstar 7K1000 HTS721010A9E630)
  • Ecran : 17,3 » Full HD 1080p (1920×1080) IPS WVA Antireflet, dalle mate.
  • Chipset : Mobile Intel® HM175 Express
  • Clavier : Chiclet, distance d’activation des touches de 2.0mm, rétroéclairé RGB 16.7 millions de couleurs (option)
  • Port d’Entrée/Sortie : 2 x USB3.1 Gen1(Type-A), 1 x USB3.Gen1(Type-C), 1 x USB2.0, 1 x HDMI 1.4, 1 x mini DP 1.2, 1 x mini DP 1.3, 1 x RJ45 Gigabit Lan, 1 x micro-in Jack, 1 x sortie casque Jack, 1 x lecteur de cartes 6-en-1 (SD/Mini SD/SDHC/SDXC/MMC/RS MMC), 1x DC-in
  • Audio : 2 enceintes 2 Watts, Micros Dual Array, Sound Blaster™ Cinema 3
  • Communication : LAN 10/100/1000Mbps Ethernet, Wireless LAN 802.11 ac (a/b/g/n compatible), Bluetooth V4.2+LE
  • Webcam HD
  • Batterie Li-ion 6-cellules, 5500mAh, 62Wh
  • Dimensions : 418.5(Longueur) x 288.7(Profondeur) x 29.9(Epaisseur) mm
  • Poids : 2.8kg (avec batterie)
  • Adaptateur secteur de 180 Watts
  • Système d’exploitation : Windows 10

PRISE EN MAIN / AU QUOTIDIEN

Le premier aspect auquel nous sommes confrontés lorsque l’on souhaite utiliser un ordinateur portable, c’est son poids, et sur ce point, ce Sabre 17 s’en sort plutôt bien avec un 2,8kg sur la balance, batterie incluse, ce qui le place dans peloton de tête de cette catégorie.

Ensuite, ses dimensions (en arrondissant : 42 x 29 x 30 cm) le placent dans la bonne moyenne de la catégorie, certains concurrents sont plus fins, d’autres moins longs.

Une fois l’écran relevé et le bouton Power appuyé, il ne faut attendre que quelques secondes pour qu’il démarre et nous affiche le bureau Windows. Les mesures ont donné un temps de démarrage complet (de éteint au bureau Windows) compris entre 11 et 11,5 secondes (la plupart de ce temps lorsque l’écran est noir et affiche le logo de la marque, le chargement Windows ne prend quant à lui que quelques secondes). Le SSD M2 Nvme fait bien son travail et les performances annoncées ont même été dépassées lors de nos tests !

Pendant cette phase de démarrage, le portable nous fait passer ce (court) temps en éclairant son clavier successivement de 2 presets de couleurs, cela ajoute à l’effet Gamer et montrera à vos éventuels voisins de table que vous n’êtes pas là que pour remplir des cases de tableurs !

Une fois sous Windows, pas de surprise : tout est très réactif et les applications se lancent à la vitesse de l’éclair. Un logiciel de monitoring préinstallé nous permet de passer en revue nombre de fonctionnalités, réglages ainsi que l’état en temps réel de l’ordinateur.

Concernant le clavier, comme dit précédemment il est agréable, en revanche. Etant un ordinateur de prêt, celui-ci s’est révélé être un QWERTY. Comme nous pouvons le voir sur les photos, cela n’est pas un défaut mais il implique un petit temps d’adaptation lors de saisie de texte. Doté d’un rétroéclairage RGB, il est possible de lui attribuer la couleur de son choix et même 3 couleurs différentes simultanées sur 3 zones (gauche, centre et droite). Il est toutefois possible de régler la puissance de la luminosité et même de l’éteindre, ce qui peut s’avérer pratique pour regarder un film ou simplement en journée. Un paragraphe dédié au clavier RGB et ses possibilités (macros…) est présent un peu plus loin dans l’article.

Le pavé tactile a bien répondu lors de notre test. Sa taille est convenable sans être extraordinaire et le multi-touch est bien évidemment supporté. Son utilisation assurera essentiellement des fonctions bureautiques ou multimédia, la souris étant indispensable pour la plupart des jeux.

Gigabyte n’a pas cédé aux appels de la très haute résolution et s’est cantonné à une résolution de 1920 x 1080 pixels (FullHD 1080p). Ce qui permet de réduire la facture tout en conservant de la puissance pour les jeux, nous avons constaté qu’il était de bonne facture, réactif mais cependant non certifié 120Hz. L’écran est de type mat, ce qui permet d’éviter les reflets, ses angles de vision sont très bons et même excellents et aucun angle nous n’a pu le mettre en défaut : haut, bas, gauche et droite, sur 180° vertical et horizontal l’image est vue de la même manière, sans aucune déformation de couleur, un bon point pour Gigbabyte. Les bordures ne sont pas borderless mais restent dans le standard de la catégorie.

Ce Sabre 17 propose 3 connecteurs d’écran : 1x HDMI 1.4, 1x Mini Display Port 1.2 et 1 Mini Display Port 1.3. Ce sont donc 3 écrans qui peuvent être raccordés simultanément tout en profitant de l’écran principal, ce qui en fait un ordinateur pouvant gérer 4 écrans simultanément !

Nous avons remarqué un petit problème au niveau de la conception du système de refroidissement, cela n’a aucune incidence sur la machine, mais il peut agacer l’utilisateur. Comme nous avons pu le voir lors de la présentation avec les photos du châssis, le Sabre 17 dispose de 2 extractions d’air, la première se situe à l’arrière gauche (la droite étant factice) et la seconde sur la tranche droite.

Nous avons remarqué lors de longues phases de jeux que l’air extrait (très chaud) soufflait directement sur notre main et notre souris (nous utilisons la souris à droite de l’ordinateur), nous pensons que cela pourrait déranger certaines personnes qui y seraient sensibles. Nous aurions préféré une extraction uniquement vers l’arrière.

La présence d’un port USB2.0 nous a tout de même surpris, en 2017, cette norme a depuis longtemps été remplacée par la version 3.0 et même 3.1. Cependant, nous nous sommes rassurés en nous persuadant que cela servirait à connecter une souris filaire et laisserait les ports plus rapides disponibles pour la connexion d’unités de stockage.

PERFORMANCES

Enfin, la partie la plus intéressante, et sur ce point nous avons voulu être complets, nous ne tergiverserons pas et vous laisserons apprécier les résultats de la multitude de benchmarks que nous lui avons soumis.

C’est donc 3DMark (tous les tests pré-configurés), PCMark 10 et 8 (tous les tests pré-configurés), VRMark,GeekBench, Cinebench, CrystalDiskMark et pas moins de 8 jeux que nous lui avons imposé, voici les résultats :

Benchmarks :

– 3DMark :

– VRMark :

– PCMark 10 :

– PCMark 8 :

– Cinebench :

– GeekBench :

– CrystalDiskMark :

Remarque sur les performances du disque SSD M2 NVME : Nous avons effectué un test en sortie de boite, qui a donné le premier résultat (gauche). Par la suite, nous avons mis à jour l’ensemble des drivers via une plateforme en ligne spécialisée. Nous avons effectivement constaté une nette augmentation des performances (jusqu’à plus du double !) Nous vous conseillons donc fortement de réaliser également cette opération afin d’obtenir les performances optimales du disque et donc de l’ordinateur.

– CPU-Z :

– Transfert USB :

Nous avons copié un fichier vidéo d’une dizaine de Go depuis un disque externe SSD USB3 vers le bureau (à base de disque msata), comme nous pouvons le constater le débit a pratiquement atteint les 400Mb/s. Ce qui est très bien et permet un transfert extrêmement rapide. Ce test a été réalisé avec les ports USB3.1 Gen1(Type-A) mais également en USB3.Gen1(Type-C) qui a donné le même résultat.

Jeux :

L’ensemble des jeux testés ont été configurés dans la résolution native 1920 x 1080 avec toutes les options graphiques possibles poussées au maximum.

Remarque importante sur les jeux : comme c’est le cas pour l’ensemble des ordinateurs utilisant 2 cartes graphiques (l’IGP et le GPU, ici l’Intel 630 et la Geforce GTX 1060), il faut parfois forcer manuellement la prise en charge d’un jeu ou d’un programme par le GPU, sous peine de quoi le jeu utilisera la mauvaise carte graphique (l’IGP), ce qui provoquera des performances graphiques ridicules au vu de la puissance globale de l’ordinateur (et de son GPU Geforce). Cela a été le cas pour WRC 7.

Pour ce faire, faites un clique droit dans un espace vide du bureau, cliquez sur “Panneau de configuration Nvidia”, ensuite, dans la fenêtre qui s’ouvre, rendez-vous dans “Gérer les paramètres 3D” , dans l’onglet “Paramètres de programme” cliquez sur “Ajouter”, sélectionnez votre exécutable de jeu (allez le chercher si besoin), cliquez sur “Ajouter le programme sélectionné”, puis sélectionnez “Processeur Nvidia Hautes performances” dans le menu déroulant “2. Sélectionner le processeur graphique préféré pour ce programme”.

Seconde remarque importante sur les jeux : disposant d’un SSD M2 NVME de 256Go, qui doit contenir le système d’exploitation, l’espace disponible fond à vue d’oeil sitôt que l’on commence à vouloir lui installer plusieurs jeux. Il devient impératif d’installer ces derniers sur le second disque de 1To (moins rapide car de technologie HDD), surtout qu’à présent certains jeux nécessitent plus de 100Go d’espace !

Malgré ce déplacement des données sur ce second disque, les temps d’installation et de chargement ne nous ont pas paru interminables. C’est cependant un paramètre à intégrer et dont on doit se souvenir si l’on ne souhaite pas arriver à court de stockage.

– ARK :

Malgré un framerate ayant descendu à 21 images par seconde (rarement moins), le jeu a toujours été très fluide, quelques soient les conditions.

– Crysis 3 :

Quelques soient les phases de jeu (simple avancée dans un couloir vide ou échange de tirs musclés avec plusieurs ennemis), tout a toujours été très fluide, les graphismes sont magnifiques et les textures vraiment bluffantes de réalisme.

– Serious Sam 3 :

Pas un jeu que l’on aurait pensé utiliser pour un test (mais c’est notre petit pécher mignon !). Avec toutes les options graphiques poussées à fond, il a tout de même bien fait travailler le GPU. Mais cependant pas encore assez pour le faire saccader, même avec certaines baisses de régime descendant rarement sous les 30fps, nous n’avons jamais ressenti de lag.

– Counter Strike Global Offensive :

Pas le jeu demandant le plus de puissance, mais un classique. Ce dernier a bloqué le nombre de fps de Fraps à 60 dans toutes les parties que nous avons jouées.

– Wolfenstein II :

Fraps ne fonctionnant pas avec ce jeu (nous n’y sommes pas arrivés). C’est le jeu lui-même qui s’est affairé à cette tâche, et malgré des graphismes et de détails bluffants de réalisme, le compteur s’est encore bloqué sur 60fps !

– Tomb Raider Rise of The Tomb Raider :

Malheureusement, les valeurs de fraps n’ont pas réussi à s’afficher sur les captures d’écran, cependant, cela oscillait entre 50 et 60 fps (60 étant le maximum atteignable même si la carte graphique permet d’en calculer davantage).

– The Evil Within 2 :

Malgré la finesse et la beauté de l’environnement, le jeu tournait comme une horloge et n’a jamais montré un signe de faiblesse, comme le démontre le nombre d’images par seconde.

– WRC 7 :

Etant donné qu’il n’y a pas que des fps dans la vie, nous avons testé un jeu de voiture, poussé au maximum des possibilités graphiques. Le jeu a le plus souvent affiché une soixantaine d’images par seconde, cependant le framerate a de temps en temps réduit jusqu’à une trentaine (le plus souvent en sortie de route… il suffit donc de bien conduire pour éviter  cette baisse de fps !)

Temps de démarrage / arrêt / redémarrage :

Nous avons trouvé indispensable pour un test de chronométrer ces valeurs, voici donc les résultats mesurés et calculés sur une moyenne de plusieurs essais :

  • Démarrage : entre 11 et 11,5 secondes
  • Arrêt : 9 secondes
  • Redémarrage : entre 22,5 et 25 secondes

CLAVIER

Un des atouts de ce portable gamer, c’est son rétroéclairage RGB, alors même s’il ne propose que 3 “larges” zones d’éclairage personnalisables, il garde plus d’un tour dans son sac et permet par exemple de créer des macros.

Doté d’un rétroéclairage RGB, il est possible de lui attribuer la couleur de son choix et même 3 couleurs différentes simultanées sur 3 zones (gauche, centre et droite), il est toutefois possible de régler la puissance de la luminosité et même de l’éteindre, tout cela se passe dans le logiciel FlexyKey.

Ce logiciel propose 3 onglets :

– Macros  : qui permet par exemple de lancer une application par activation d’une combinaison de touches. Ce mode permet de réaliser des macros pour le clavier mais également une souris.

– Statistiques : une fois lancée, cette fonctionnalité va enregistrer et calculer selon votre frappe quelles sont les touches les plus utilisées (que ce soit en jeu ou sur Internet, un tableur …). Vous verrez ce résultat sous la forme d’un clavier dessiné où chaque touche aura une couleur spécifique (type chaud/froid comme les caméras thermiques).

– Rétroéclairage : Cette partie contrôle tout le rétroéclairage du clavier, il est possible par exemple de configurer jusqu’à 3 presets de config RGB (avec les 3 zones distinctes pour chaque preset), de régler la puissance lumineuse du rétroéclairage ou encore de lui appliquer des effets, comme une bascule automatique des couleurs sous forme de vague, un clignotement …

AUTONOMIE

Passons maintenant à l’autonomie de ce Sabre 17 qui dispose d’une batterie Li-ion 6-cellules, 5500mAh, 62Wh, et cela va du pas génial au super bien !

Pour mesurer l’autonomie, nous avons réalisé les tests selon 3 utilisations différentes (jeux, bureautique et lecture de films), et selon 2 réglages de performances pour chaque utilisation (mode performances ou battery save avec changement de luminosité). Pour tous les tests, le wifi était activé et connecté à notre box.

Nous n’avons pas réalisé de test “quotidien” avec surf Internet, musique … car l’utilisation d’un navigateur plutôt qu’un autre aurait changé le résultat.

Le chronomètre était lancé au moment du retrait du cordon d’alimentation et stoppé à la mise en veille automatique de l’ordinateur (écran noir et tout arrêté suite à une panne de batterie).

En mode performance, le rétroéclairage était fixé sur 100%, de plus, arrivé au seuil de batterie de 20% nous avons remonté cette luminosité à 100% (elle descend automatiquement pour allonger l’autonomie).

En mode battery save, le rétroéclairage était fixé sur 50%.

Lors des tests d’autonomie en jeux, nous avons considéré qu’un ordinateur de cette gamme ne serait pas configuré en battery saver, il n’y a donc eu que le rétroéclairage qui a différé. En mode jeu, c’est ARK qui a été utilisé, peut-être aurions-nous dû en tester un second au vu des résultats !

Lors des tests d’autonomie en bureautique, nous avons ouvert Excel et un article sur Word (la souris était alors en perpétuel mouvement pour ne pas rentrer l’ordinateur en veille).

Lors des tests de visionnage de films, nous avons lancé 3 films (le premier : 1080p de 12,5Go de 2h45, le second : 1080p de 2,8Go de 2h et le troisième : 1080p de 10Go de 2h). Les 2 premiers ont été lus avec l’application “Films et TV” de Windows et le dernier avec VLC x64.

JEU mode Performance rétroéclairage 100% : 43 minutes (alerte de batterie au bout de 41 minutes)

JEU mode Performance rétroéclairage 50% : 44 minutes (alerte de batterie au bout de 42 minutes)

BUREAUTIQUE mode Performance rétroéclairage 100% : 4h45 (50% de batterie au bout de 2h30)

BUREAUTIQUE mode Battery Save rétroéclairage 50% : 9h13 (75% de batterie restante au bout de 2h30, il restait 44% au bout de 5h30)

FILMS mode Performance rétroéclairage 100% : 5h15 (53% de batterie restante au bout de 2h37)

FILMS mode Battery Save rétroéclairage 50% : 5h47

Concernant la recharge, le temps complet de charge (passage de la led de batterie de orange à verte) est d’environ 2h20 / 2h25, que l’ordinateur soit éteint ou en veille (suite à une panne de batterie). Ce temps s’est allongé à environ 2h30 lorsque l’ordinateur est utilisé pour jouer.

Nous pouvons constater qu’en bureautique (mode battery save) il est possible de tenir une journée sans passer par la case recharge, cela sera pratique pour les étudiants ou les actifs.

Concernant les films, en mode battery save, il est possible de visionner environ 3 films de 1h55. C’est plutôt sympa et les nomades trouveront leur compte (pour un pc gamer).

En jeu en revanche, nous avons été surpris, peut-être est-ce la faute au jeu utilisé (ARK), qui demande pas mal de puissance. Nous n’avons pas eu le temps de refaire les tests avec d’autres jeux.

CONCLUSION

Ayant déjà testé des machines de cette taille et de ce type, nous n’avions pas d’appréhension quelconque, et malgré un design des plus sobres, il nous laisse un bon souvenir. Léger et puissant, il fera tourner quasiment tous  les jeux actuels sans aucun souci avec les détails graphiques poussés au maximum. Tout n’est malheureusement pas parfait, comme la sortie d’extraction factice à l’arrière ou l’extraction d’air latérale directement sur la main et la souris (nous dirons que ça réchauffe en hiver), mais dans l’ensemble il s’est révélé être un compagnon de choix.

Nous vous conseillons de bien mettre à jour tous les pilotes afin d’obtenir les meilleures performances possibles (surtout pour le SSD), et de ne pas oublier de paramétrer la carte graphique par défaut si besoin ou encore de veiller à installer les jeux sur le disque secondaire, mais cela reste vrai pour n’importe quel ordinateur avec des caractéristiques équivalentes.

Disponible pour moins de 1599€, il se situe dans la moyenne basse de la catégorie, alors pourquoi se priver !?

Gigabyte Sabre 17

1300€
Gigabyte Sabre 17
8.5

Design

8.0/10

Puissance

9.0/10

Autonomie

8.5/10

Prix

8.5/10

Ce que l\'on aime :

  • Puissance
  • Poids leger pour la catégorie
  • Autonomie en économie d'energie (mais pas en jeu)
  • Prix correct face à la concurrence
  • Angles de vue

Ce que l\'on aime moins :

  • Un peu trop sobre (passe partout)
  • Autonomie en jeu

À Propos de l'auteur

Gael

Passionné d'informatique et par tout ce qui touche aux nouvelles technologies, je suis l'actualité au plus près et j'aime voir comment toutes ces évolutions ont permis de complètement révolutionner et simplifier notre mode de vie.

Commentez

Cliquez ici pour commenter

Suivez nous ! Concours – Tests …

Découvrez Photobee.fr

Votre imprimante de poche : Photobee.fr

Découvrez Synology

Découvrez Riva Audio

La Riva Audio Festival est notre coup de cœur !

Publicité