Accueil » Tests HighTech » TEST – Shadow PC – 1 mois d’utilisation : nos relevés et notre avis

TEST – Shadow PC – 1 mois d’utilisation : nos relevés et notre avis

Shadow, le PC du Futur
Shadow, le PC du Futur

Nous vous avons déjà parlé de “Shadow : le futur du pc” lors d’une soirée de présentation dans sa boutique éphémère de Paris. Il s’agit d’un ordinateur gamer puissant “dans le cloud” dédié à son utilisateur et accessible sans temps de latence depuis n’importe quel appareil muni d’une connexion à Internet correcte, avec comme objectif de pouvoir jouer aux jeux les plus gourmands. Nous avons testé la solution pendant 1 mois, période durant laquelle nous avons effectué pas mal de relevés, en plus de jouer. Cette solution répond-elle à ce qui est promis ? Est-elle stable, fiable et pérenne ? Autant de questions auxquelles nous avons voulu répondre.

Lors de notre test, nous avons utilisé gracieusement l’offre mensuelle sans engagement et sans boitier Shadow, qui revient à 44,95€, mais avec un engagement de 12 mois, le prix mensuel tombe à 29,95€, ce qui devient plus intéressant.

FONCTIONNEMENT du Shadow :

Pour rappel, Shadow est un ordinateur très puissant orienté gamer sous Windows 10 x64, accessible depuis n’importe quel appareil (ordinateur fixe, portable, tablette ou smartphone mais iOS n’est pas encore supporté) équipé d’une bonne connexion Internet. Fonctionnant avec Mac OS (par l’intermédiaire d’un logiciel à installer), la solution permet aux utilisateurs de Mac de profiter de tous les jeux vidéo disponibles sur PC, ce qui leur laisse la liberté de ne pas avoir à choisir entre un Macbook et ne pas jouer avec ou un PC et pouvoir jouer avec.

Pour y avoir accès, il suffit de s’inscrire et de s’abonner à l’une des offres sur le site de Shadow.

Une fois inscrit, il faut attendre quelques jours afin de tout activer et rendre disponible le pc Shadow, ce n’est malheureusement pas instantané lors de l’inscription mais cette opération n’aura pris que 3 jours dans notre cas.

Le Shadow étant un ordinateur distant (sous Windows 10), il est nécessaire d’utiliser une interface de communication avec notre équipement afin d’y accéder. Celle-ci prend donc la forme d’un logiciel (pour ordinateur) ou d’une application (pour smartphone et tablette).

Dans notre cas nous avons utilisé un ordinateur sous Windows 10 ainsi qu’un smartphone et une tablette sous Android pour nous connecter au Shadow.

Nous n’avons pas rencontré de problème avec la mise en place des applications/logiciels, tout s’est installé correctement et l’identification s’est faite également sans souci.

Dans le principe, l’interface de l’application permet de paramétrer plusieurs choses, comme la bande passante en fonction du débit de sa connexion Internet, de démarrer/éteindre le pc Shadow ou encore de relancer le streaming.

Streaming ! Car il s’agit bien de streaming du pc Shadow vers votre appareil, l’image du Shadow est compressée selon le réglage que vous aurez paramétré pour la bande passante (la taux de compression fera varier la qualité/netteté d’affichage des images transférées). L’application prend également en charge tout ce qui touche aux périphériques comme l’audio, le clavier ou la souris afin que nous puissions nous servir du Shadow en toute transparence sur n’importe quel appareil depuis lequel on y serait connecté.

D’un point de vue technique, Blade, la société qui propose Shadow, dispose de serveurs sur lesquels sont connectés tous les composants y compris les cartes graphiques GeForce 1080. Lors de l’activation d’un compte, Blade monte un espace de stockage virtuel de 256Go qui représente le disque dur de l’utilisateur, sur lequel Windows 10 X64 Famille est installé (il ne s’agit pas de la version pro pour des raisons de possibilités réseau avancées qui pourraient laisser l’utilisateur trop y toucher et risquer de planter son Shadow ou tout simplement bloquer des accès, que seul un technicien sur place pourrait débloquer). Ce “disque dur ” est bien sûr personnel, vous pouvez y faire ce que vous voulez et Blade n’ira pas mettre son nez dedans. Bien évidemment, tout ce que vous faites est sauvegardé sur votre disque comme un ordinateur classique et lors d’un redémarrage, vous retrouverez l’ordinateur dans le même état que lorsqu’il a été éteint (les données/installations … restent).

Lorsque l’utilisateur se connecte et démarre son Shadow, le système monte son disque virtuel et lui alloue un processeur, de la ram et une carte graphique. Tous ces composants lui sont bien dédiés pour son unique usage, et hormis le disque qui est virtualisé (mais aussi rapide en lecture qu’un SSD Sata3), le reste des composants est bien physique, l’utilisateur a donc réellement un ordinateur complet entièrement à sa disposition (avec toute la puissance qu’il fournit) que ce soit pour jouer à des jeux gourmands ou tout simplement dessiner sur Paint !

 

PERFORMANCES du PC du Futur :

Une fois la technique et le principe de fonctionnement vus, nous pouvons passer aux performances, et voir ce que vaut réellement le Shadow.

– Réseau :

Avant de passer aux performances brutes du PC Shadow, il faut être certain d’avoir une bonne qualité de streaming, qui est essentielle au confort d’utilisation : avoir une bête de course mais ne pas pouvoir s’en servir, ou alors d’avoir une trop grande latence et ne pas pouvoir jouer dans de bonnes conditions, ce serait dommage !

Pour le coup, Blade a connecté ses serveurs directement en sortie de FAI, en gros la connexion Internet du Shadow dépote ! Et c’est plus votre bande passante qui limitera la qualité de transfert et plus important augmentera la latence.

 

Je vais donc parler un peu de tout ce qui touche au réseau, connexion, vitesses de transfert car c’est un élément essentiel du système.

Lors de notre test, notre ordinateur était connecté en Ethernet à une box SFR Fibre (fibre fttb (= fibre jusqu’au bâtiment puis coaxial jusqu’à la box) avec des vitesses mesurées : dl : 400 mbps / ul : 40 mbps), la latence entre les 2 machines (Shadow et notre ordinateur) était très faible, le ping est d’environ 8ms. En revanche, en wifi, nous avons rencontré quelques problèmes de liaison mais en règle générale cela fonctionne plutôt bien. C’est étonnant car lors de précédents tests que nous avions pu réaliser lors de la présentation parisienne, tout fonctionnait à merveille avec une box Internet standard (une Livebox fibre tout ce qu’il y a de plus normale) où plusieurs appareils étaient connectés. Peut-être que cela est dû à notre box ou notre ordinateur, c’est tout de même bizarre. Après, pour continuer à parler chiffres, le ping en wifi entre l’ordinateur et le Shadow est de 9-10 ms de moyenne, ce qui est quand-même pas mal du tout.

De plus, en wifi, il nous est arrivé de ne pas accéder au Shadow du premier coup (ce qui a nécessité de relancer le streaming ou de redémarrer le Shadow) ou même d’être déconnecté du Shadow (ou freeze du stream), dans ce cas il aura fallu relancer le streaming également. Mais en général, une fois que la connexion est établie avec les bons réglages (de bande passante), celle-ci reste stable. Nous avons tout de même constaté que la stabilité est accrue en Ethernet.

Cependant, ces petits problèmes de connexion ont été relativement rares (et courts) mais il est bon de le souligner, la plupart du temps tout a fonctionné sans aucun problème. Même en 4G sur un smartphone nous avons pu jouer à un jeu gourmand. Nous avons même pu en faire la démonstration sur le stand de Shadow lors d’un autre évènement parisien auquel nous avions été invités récemment, ce qui avait impressionné les curieux du moment.

Pour terminer sur les performances réseau, voici déjà des screenshots montrant les vitesses de téléchargement ! En moyenne 90 Mo/s (réels), c’est vraiment rapide.

Pour parler ping, voici un petit récap de ce que nous avons relevé (avec des commandes de ping basiques type cmd) :

Ping Shadow-Internet : 1ms
Ping Shadow-ordinateur portable en Ethernet : 8ms
Ping Shadow-ordinateur portable en wifi : 9-10ms
Ping Shadow-smartphone Android en wifi : entre 12ms et 30ms
Ping Shadow-smartphone Android en 4G : 45ms dans le meilleur des cas que nous avons relevé (dépend de la situation géographique et de la qualité du réseau du moment)

On peut déduire de ces résultats que jouer à un jeu “local” type campagne solo (donc pas en ligne) sur le Shadow est transparent et que l’on a vraiment l’impression d’avoir une machine de guerre avec soi. En revanche, pour tout ce qui touche aux jeux en ligne (type Counter Strike, Fortnit, …), il faudra bien avoir à l’esprit que le ping du jeu est à cumuler au ping Shadow – son ordinateur, par exemple dans Counter Strike où l’on peut avoir un ping de 8ms (qui est un excellent ping, d’ailleurs il s’agissait du meilleur de la partie, le second étant 2x supérieur !), il faut bien se mettre à l’esprit que le ping affiché est celui entre le pc sur lequel le jeu est installé (le Shadow) et le serveur où est hébergé la partie, à vous de mesurer et d’ajouter votre ping Shadow – votre ordinateur pour vous donner une idée. Après, avec un ping si petit, c’est plus votre connexion qui influera dessus car même en jouant avec le shadow, il est certain que mon ping cumulé était bien meilleur que la plupart de mes adversaires.

Petite précision : il nous a été possible d’effectuer un ping de nos appareils vers le Shadow mais jamais dans l’autre sens, peut-être nous a-t-il manqué un paramètre dans notre box au niveau du pare-feu ou simplement dans notre Windows, nous n’avons pas eu le temps de chercher à réaliser cette mesure sachant que nous avions déjà un résultat.

Enfin au niveau des vitesses de transfert, voici ce que nous avons réussi à mesurer : (pour information nous sommes passés par le logiciel TeamViewer qui propose de transférer des fichiers d’un ordinateur à l’autre, c’est la façon la plus simple que nous avons réussi à utiliser. Nous avions réussi à monter un VPN entre le Shadow et notre ordinateur mais cela a été assez compliqué à mettre en place et le peu de relevé que nous avons pu faire concordait avec les résultats obtenus avec TeamViewer) :

Vitesse de transfert en Wifi du Shadow vers notre pc : 471mo en 1min05 soit 7,25 Mo/s de moyenne
Vitesse de transfert en Wifi de notre  pc vers le Shadow : 471mo en 1min47 soit 4,4 Mo/s de moyenne
Vitesse de transfert en Ethernet du Shadow vers notre pc : 471mo en 46 secondes soit 10,24 Mo/s de moyenne
Vitesse de transfert en Ethernet de notre pc vers le Shadow : 471mo en 1min46 soit 4,44 Mo/s de moyenne

Nous pouvons constater que malheureusement la vitesse de transfert depuis notre ordinateur est limitée par notre débit Internet (40Mbps), en revanche le débit montant du Shadow (qui envoie le stream) correspond à peu de chose près à une bande passante de 100Mbps montante.

Petite précision que nous a confié un membre de l’équipe Blade : L’application (pour ordinateur) propose un choix dans le codec pour le streaming : h264 ou h265. Si votre connexion est bonne, il sera préférable de laisser h264. Le h265 sera quant à lui conseillé aux utilisateurs ayant un faible débit Internet et qui auraient mis le réglage 5 ou 10 mbps. Dans les faits, avec notre “bonne” connexion, le passage au codec h265 aura été néfaste, procurant une latence beaucoup plus élevée et rendant injouable les jeux installés.

– Configuration :

Comme nous l’avons vu un peu plus haut, le PC Shadow propose une configuration entièrement dédiée à l’utilisateur, et nous avons droit à ce qui suit :

– processeur : Intel Xéon v4 2.1 @ 3.0Ghz
– Mémoire vive : 12 Go
– Carte graphique : Nvidia GeForce GTX 1080
– Disque dur : 256 Go type SSD

C’est donc une configuration plutôt musclée, et nous l’avons soumise à tous les benchmarks habituels.

      – Disque dur : Nous l’avons mesuré avec Crystal Disk Mark, qui montre bien un disque d’une vitesse de lecture comparable aux disques SSD sata3, avec un bon 500mo/s de vitesse, et pour ce qui est de l’écriture en revanche, c’est plutôt vers du disque type HDD sata que nous avons affaire, avec une moyenne de 50mo/s.

L’espace de stockage étant un disque virtuel (surement reparti sur plusieurs disques eux-même montés en grappe Raid, enfin nous supposons), il ne s’agit pas d’un modèle “spécifique”, il s’agit juste d’une unité de stockage nommée “Qemu Qemu Harddisk SCSI Disk Device” que même Crystal Disk Info ne reconnait pas. Mais peu importe, le principal étant que ce stockage soit performant.

Nous avons tout de même été plus loin pour voir ce que l’on pouvait faire, et il est tout à fait possible de partitionner le disque à sa guise, comme un ordinateur “normal”, Blade nous fournit donc réellement un ordinateur sans restriction.

Concernant les débits, nous avons effectué des transferts entre les 2 partitions (du coup) pour mesurer leurs vitesses, et nous avons remarqué quelque chose en contradiction avec les mesures relevées par Crystal Disk Mark : Lors d’une copie (en interne d’une partition à une autre) le débit est de 1Go/s, ce qui est du niveau d’un disque PCI-Express, mais arrivé à 2,2 Go (environ) de copie effectuée, le débit chute vers 50 Mo/s.

Du coup la vitesse de lecture et d’écriture est très rapide, pour peu que le cache (qui arrive vers les 2,2Go) n’arrive pas à saturation, mais l’utilisation du Shadow dans son usage “normal” ne devrait pas faire ressentir cette “spécificité” à l’utilisateur, les seules grosses écritures/copies étant le téléchargement des jeux sur Internet (sur les plateforme Steam ou Origin par exemple) et leur installation.

      – Carte graphique : Le point fort du Shadow, un composant essentiel de la configuration, mais malheureusement encore trop coûteux pour la plupart des joueurs (pas en dessous de 500€ à l’heure où nous écrivons ces lignes, et encore c’est plus près des 540€, qu’il faut rajouter au reste de la config).

Blade dédie entièrement une GeForce GTX 1080 “physique” à l’utilisateur, les performances de la carte sont comparables à celles équipées du même soc. La puissance est bien présente, et la quasi-totalité des jeux pourra être réglée au maximum des options graphiques, quelle que soit la résolution (enfin en 4K ce devrait être selon les jeux).

Nous avons réalisé des benchmarks avec 3DMark pour vérifier tout ça, voici les résultats dans les tests principaux :

 

EN UTILISATION

Au quotidien, l’utilisation du pc Shadow se fait assez facilement, nous avons rencontré quelques rares désagréments avec notre ordinateur connecté en wifi (déconnexions et temps de connexion assez long voir impossibilité de se connecter dès la première tentative), cependant en ethernet tout fonctionne à merveille.

Sur smartphone et tablette, il sera quasiment impératif d’avoir une manette pour pouvoir jouer dans de bonnes conditions tout comme nous vous conseillons d’utiliser un ensemble clavier/souris. Utiliser Windows en tactile sur un écran de 5 à 6 pouces est assez compliqué, et puis le clavier virtuel devient vite source d’ennui !

En revanche nous avons rencontré un problème avec une souris USB sur notre téléphone LG G4 (Android 7.0) sur lequel elle était connectée à l’aide d’un adaptateur sur le port micro-USB. La navigation avec le curseur dans Android fonctionne parfaitement et une fois le Shadow connecté, cette dernière était “mal reconnue” et dans un jeu cela était juste injouable, la vision étant bloquée vers le sol (axe vertical en défaut). Peut-être cela est dû à notre téléphone (ou la version “obsolète” de notre connectique micro-USB), et qu’il n’y a aucun problème avec des téléphones plus récents équipés de prise USB type C.

Il est très commode de pouvoir commencer une tâche (jeu ou autre) sur un appareil (fixe ou ordinateur portable par exemple) à un endroit et de pouvoir la continuer plus tard et ailleurs sur un autre appareil (comme un smartphone en 4G) en la reprenant exactement dans le même état que dans laquelle nous l’avons laissé. Cela pourra satisfaire les joueurs qui pourront poursuivre des parties laissées en pause dans les transports en commun avec un smartphone ou même des professionnels avec des travaux qui pourront être continués durant des trajets professionnels à l’aide d’un ultrabook ou d’une tablette (chaque appareil nécessitant une bonne connexion 4G) et bien sûr en profiter de la puissance de calcul du Shadow.

A chaque fois que le Shadow était connecté avec l’un de nos appareils, nous n’avons rien eu à redire sur la stabilité de la liaison, la qualité du streaming ou même la latence entre une action clavier/souris et sa réaction à l’écran.

Lors de notre test nous avons joué avec un écran en Full HD, la résolution streamée était bien 1920 x 1080 et avec un réglage de bande passante à 40mbps nous n’avons pas vu de différence avec le même jeu installé en local sur notre ordinateur.

Nous regrettons tout de même une fonctionnalité manquante qui peut paraitre essentielle une fois que l’on en parle : la possibilité d’effectuer “facilement” des transferts de fichiers entre le Shadow et l’appareil sur lequel on se trouve physiquement. Cette fonctionnalité aurait par exemple pu être intégrée dans le logiciel / application client que l’on installe sur notre appareil (ordinateur, smartphone ou tablette). Cela aurait été plus pratique que de devoir passer par une solution de substitution qui nécessite quelques connaissances comme la création d’une liaison VPN, le montage d’un serveur FTP, l’utilisation d’un service d’hébergement ou encore l’utilisation de logiciels supplémentaires comme Team Viewer par exemple. Après il est toujours possible de s’envoyer des petits fichiers par mail mais c’est assez contraignant dans le sens où la taille est limitée et que l’on peut remplir à vitesse grand V l’espace de stockage de sa boite.

Par exemple, dans le cas d’un jeu acheté en “boite”, le transfert de celui-ci devra se faire en plusieurs étapes : compresser le ou les disques sur son ordinateur (donc s’il n’est pas puissant cela risque de prendre un peu de temps), de le transférer au Shadow via Internet par ses propres moyens puis de décompresser (ou monter) le ou les fichiers sur le shadow pour ensuite installer le jeu, c’est faisable, mais ici encore contraignant. Peut-être qu’une fonction de “montage à distance” du ou des lecteurs de disque de son ordinateur en liaison avec le Shadow pourrait être envisagée (là je parle à Blade 😉 ), voir pourquoi pas un accès à distance des périphériques USB connectés sur notre ordinateur personnel ou l’accès de la carte SD (mémoire interne également) d’un smartphone ou d’une tablette.

Sinon second point un peu noir tout de même, la capacité de stockage du disque qui nous est attribuée : 256Go, autant dire que vous ne pourrez pas installer toute votre collection de jeux, il faudra faire un choix. Après, comme nous l’avais fait remarqué un membre de l’équipe Blade, il est tout à fait possible de désinstaller / re-télécharger et réinstaller des jeux rapidement grâce au débit Internet très élevé du Shadow.

Après avoir discuté avec un membre de l’équipe, il se pourrait que Blade augmente l’espace de stockage, cela est en questionnement chez eux pour l’instant, donc wait & see.

CONCLUSION du test du Shadow PC :

Blade propose avec le Shadow la possibilité d’avoir tout le temps et partout son ordinateur PC avec soi, pour peu que l’on soit connecté à Internet avec un débit convenable. Si le concept est séduisant, force est de constater que la promesse est bien tenue. Tout n’est malheureusement pas parfait comme nous avons pu le vérifier, et il reste encore un peu de chemin à parcourir avant d’y arriver, mais Blade semble être sur la bonne voie pour y parvenir. Depuis notre visite lors de leur soirée de présentation, nos doutes sur la qualité de transmission et la latence dans les jeux avaient déjà été écartés lors d’une prise en main rapide en situation réelle.

La connexion est simple, la liaison stable, la qualité de streaming exemplaire et la latence très réduite. Tous les éléments sont réunis pour une expérience réussie !

Après, quelques petites ombres au tableau viennent gâcher la fête : un espace de stockage assez réduit avec 256Go de disponible (comprenant l’installation de Windows), ainsi qu’une impossibilité de transférer des fichiers entre notre appareil physique et le Shadow sans passer par d’autres solutions et quelques rares petits problèmes de connexion.

Hormis cela, nous avons été séduit par le Shadow, qui se trouve être très pratique, mais nous avons la chance de par notre situation géographique parisienne d’avoir de bons débits 4G.

Concernant son utilisation pour les jeux PC, qui représente le cœur de cible, le contrat est rempli, et il est tout à fait possible de jouer aux tout derniers jeux avec les options graphiques poussées vers le maximum (sinon le maximum la plupart du temps), et tout ça avec son appareil plus modeste (ordinateur portable peu puissant, smartphone, tablette …). Il faudra juste faire attention à la qualité de sa connexion pour éviter les fortes latences, surtout si l’on souhaite jouer en ligne.

Si vous souhaitez rester nomade et que pour vous la puissance d’un ordinateur doit être démentielle mais accessible à tout instant, ou simplement si vous êtes un gamer addict qui ne souhaite pas investir dans un PC à l’obsolescence programmée, alors la solution Shadow peut se révéler être une très bonne alternative. Sans vous casser le dos, vous aurez toujours un pc gamer à vos côtés : évolutif (Blade précise qu’il le fera évoluer au fur et à mesure), impossible à voler ou à casser, à l’abri des pannes et même pouvant faire office de serveur d’hébergement (pratique pour avoir des documents quand on n’est pas chez soi, lorsque l’on est en vacances ou en déplacement).

Du coup Shadow : le futur du PC ! Nous ne pouvons que répondre : Il y a de fortes chances !

8.9

Performances

9.5/10

Pratique

9.0/10

Fonctionnalités

8.5/10

Stabilité

8.5/10

Ce que l\'on aime :

  • Un PC super puissant toujours disponible
  • Une conf qui fait plaisir
  • Accessible sur PC-MAC-Smartphones et tablettes Android
  • Rapport qualité/prix avec un abonnement annuel

Ce que l\'on aime moins :

  • Nécessite une bonne connexion pour le streaming (pour un réception et un rendu de qualité)
  • Manque la possibilité de transférer des fichiers entre le Shadow et son appareil
  • Quelques problèmes de connexion rencontrés
  • Espace de stockage disponible réduit

A lire sur MrHighTech :

4 Commentaires

Cliquez ici pour commenter

Gagnez un iPhone GRATUITEMENT !

EasyWin est une application qui vous propose de participer à de nombreux concours GRATUITEMENT sans polluer vos réseaux sociaux.

Achète ton iPhone reconditionné Beephone pour Noel

10€ de réduction avec le code BEEXMAS

Developper votre application IOS – Android

Vous souhaitez concrétiser votre projet d’application mobile et devenir le prochain Mark Zuckerberg (sans la case prison), contactez l’équipe de Squirrel !

Commande un MacBook pour Noel !

Les Macbooks reconditionnés moins chers sur Ynotek !

Découvrez Photobee.fr

Votre imprimante de poche : Photobee.fr ! REMISE 15 € avec le code “BEESPECIAL” !

Découvrez Demooz :

Testez vos produits high-tech gratuitement :

Découvrez Synology

A découvrir :

Meilleurs Enceintes pour Noël

PromoMeilleure Vente n° 1 JBL Flip 4 - Enceinte...
PromoMeilleure Vente n° 2 JBL Go Enceinte portable...
PromoMeilleure Vente n° 3 Enceinte Bluetooth Ultimate...
PromoMeilleure Vente n° 4 Sony SRS-XB10B Enceinte...
Meilleure Vente n° 5 Enceinte Bluetooth 12W, DOSS...

Annonce

Meilleurs casques bluetooth

PromoMeilleure Vente n° 1 Bose Casque sans fil à...
PromoMeilleure Vente n° 2 Bose QuietComfort 25 Casque...
PromoMeilleure Vente n° 3 Bose Casque sans fil à...

Bitcoin et Crypto-monnaies

Acheter Bitcoin

crypto monnaie