Accueil » Tests HighTech » TEST – Bose QuietComfort 35 II – Bose

TEST – Bose QuietComfort 35 II – Bose

Après plusieurs casques Bluetooth testés, c’est maintenant au tour d’un poids lourd du marché de passer chez MrHighTech, le Bose QC 35 II (ou Bose QuietComfort 35 II), modèle haut de gamme de la marque sur ce type de produit. Succédant au QC 35 (ou QuietComfort 35) premier du nom qui s’était forgé une très bonne réputation, ce modèle saura-t-il nous convaincre ? Nous allons vous faire découvrir ses nouvelles fonctionnalités et le tester en situation réelle afin de mieux vous donner notre avis sur ce casque qui au vu de ses spécificités et de son passé (le QC 35) a déjà tout pour le placer dans le top de la catégorie.

UNBOXING

Bose nous propose un emballage soigné, qui fait dans la sobriété et l’élégance avec un packaging blanc où la face avant ne montre qu’un écouteur en vue latérale ainsi que la marque et le nom du modèle, la face arrière nous montre une autre vue du casque et ses principaux points forts.

C’est donc un emballage dans l’ère du temps que nous fourni Bose, qui fait dans la simplicité et l’efficacité.

Nous remarquons les logos Android, Google Assistant et Iphone / Ipad / Ipod que Bose met en avant.

Une fois le tout déballé, nous trouvons donc une housse de transport noire rigide, le casque plié à l’intérieur, le câble de recharge de type micro USB, un câble Jack mâle / mâle afin de le brancher sur un appareil dépourvu de connexion Bluetooth, un doubleur Jack et un manuel d’utilisation complet.

Bose livre donc l’essentiel avec cet équipement et nous regretterons juste la longueur trop courte du câble de recharge (un autre câble de ce type plus long qui est très répandu pourra corriger le tir si cela vous pose problème) ainsi que le type de connectique de recharge qui est de l’USB type micro (la norme Type C se démocratisant).

La bonne idée du jour aussi futile soit-elle est la présence sur la housse de transport d’une petite étiquette en tissu précisant comment doit être replié le casque pour être rangé, c’est bien pratique au début et lorsqu’on le prête à quelqu’un qui ne l’aurait pas vu au préalable, c’est peut être bête comme ça mais nous tenions à le préciser.

DESIGN

Au niveau du design, nous restons dans du connu et reconnu car il s’agit d’un QC35 premier du nom avec l’ajout d’un bouton pour la fonction Google Assistant sur l’écouteur gauche, ni plus ni moins.

C’est donc un casque de type circum-aural (englobe complètement les oreilles) en plastique très bien fini qui est livré ici, et l’utilisation de cette matière permet de lui faire conserver un poids relativement léger pour rester très confortable. les écouteurs sont réglables sur plusieurs axes, ils tournent (sur un peu moins de 180° !) afin de pouvoir être rangés mais aussi pour assurer un meilleur confort en position tour de cou. Il est bien entendu possible de régler l’arceau sur plusieurs niveaux et il sera possible de l’adapter à n’importe quelle tête.

Lors de sa réception nous le trouvions assez banal en terme de design, mais finalement au fur et à mesure de son utilisation ainsi que ses finitions exemptes de défauts nous ont finalement fait remonter notre intérêt sur ce point.

Comme son prédécesseur, 3 boutons (volume et menu/fonction) sont placés sur l’écouteur droit, avec un peu d’habitude ils deviennent rapidement et simplement accessibles. Cet écouteur intègre également le bouton d’allumage qui permet aussi l’appairage et les 2 diodes qui indique le statut du casque. Sur l’écouteur gauche, c’est donc le large bouton d’action (pour Google Assistant entre autres) qui fait son apparition, lui aussi tombe rapidement sous le doigt une fois habitué.

Autant le plastique ne permet pas au casque de le démarquer sur le coté premium/matières nobles, autant la qualité et la matière utilisée pour le coussinet comme pour la partie arceau en font un modèle sur ce point. Le casque est on ne peut plus confortable, il tient très bien (on peut bouger mais pas secouer la tête comme un forcené non plus), il ne serre pas la tête et ne se fait pas trop sentir. Les coussinets isolent bien et sont “souples, moelleux même !” juste comme il faut (comprendre qu’ils “s’adaptent” parfaitement pour ne laisser aucun vide/fuite qui pourrait rendre l’écoute ou le port désagréable). Les oreilles quant à elles ne touchent pas la structure ou si c’est le cas cela ne se sent pas du tout (on a l’impression que c’est moulé tellement ça englobe parfaitement l’oreille), vraiment sur ce point Bose a très bien travaillé et le casque se fera discret une fois posé sur la tête.

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Casque sans fil à réduction de bruit
Typologie : Englobe l’oreille : circum-aural
Application (Bose Connect) gratuite compatible avec les smartphones sous iOS et Android
Compatible avec Google Assistant (touche dédiée)

Connectivité :
Bluetooth 4.1 : A2DP (Advanced Audio Distribution Profile); SBC (Sub Band Codec); AAC (Advanced Audio Coding); HFP (Hands Free); HSP (Headphones); AVRCP (Audio/Video Remote Control Profile); BTLE (Bluetooth Low Energy),
– Technologie NFC intégrée
Jack 3,5mm

Alimentation :
Batterie Li-Ion : recharge complète en 2 heures
Autonomie : 20 heures en mode sans fil (avec réduction du bruit) / 40 heures en mode filaire (avec réduction du bruit) / 2h30 d’autonomie avec 15 minutes de charge

Généralités :
Dimensions (lxhxp) : 170 x 180 x 81 mm
Poids : 310 g
Réglage du volume, arceau pliable et réglable, contrôle des appels, oreillettes pliables et pivotantes

Contenu de la boîte :
1 Casque Bose Quietcomfort 35 II
Câble mini-jack 3 points mâle-mâle (1,2 m)
1 USB micro vers USB (30,5 cm) pour la recharge
1 étui de transport

PRISE EN MAIN / AU QUOTIDIEN

Au quotidien, ce casque est très agréable, il ne se ressent pas et tient très bien (nous le répétons tellement que vous allez finir par le savoir !). Relativement léger, il ne sera pas un “poids” dans votre sac et son étui de transport rigide permet de le ranger sans avoir peur de l’abimer, d’ailleurs la taille de cet étui rectangulaire est réduit au maximum, et cela est possible grâce à l’ingénieux système de pliage / rotation des écouteurs qui minimise l’espace perdu.

L’appairage s’est déroulé rapidement et sans accroc sur plusieurs téléphones Android (une ou deux fois il a été nécessaire de relancer un jumelage suite à un échec mais dans l’ensemble nous n’avons rien à redire de ce côté-là).

Sitôt connecté il peut être utilisé pour diffuser l’audio dessus, l’application Bose n’est pas indispensable au fonctionnement et permet juste de paramétrer le casque, d’ajuster des réglages et de voir son statut.

Une fois habitué, l’utilisation des fonctions de base est simple et intuitive, cependant, la multitudes de fonctions disponibles avec les 3 boutons de l’écouteur droit demande un certain temps et un apprentissage méticuleux pour tout maitriser. C’est malheureusement le prix à payer pour avoir une multitude de fonctions avec un minimum de boutons. Il est donc très probable que certaines fonctions ne soient pas utilisées pour cette raison.

Le bouton d’action de l’écouteur gauche peut servir à ajuster le niveau de réduction de bruit ambiant (élevé, faible ou désactivé) ou à prendre en charge Google Assistant. Dans cette configuration (Google Assistant), un appui simple permet de connaitre l’heure et le statut des notifications, et un appui long déclenche l’écoute du micro intégré qui interprète les demandes que l’on lui administre vocalement.

Sur le premier point nous avons été très surpris d’entendre un “Vous n’avez aucune nouvelle notification” alors qu’un SMS venait d’arriver (pas encore lu) et qu’il y avait un appel en absence, cela est étonnant alors même qu’il s’agit des bases de la notification ! En revanche la présence de mails sur l’application Gmail  est quant à elle annoncée. Sur le second point (l’écoute des demandes), toutes les fonctions compatibles ont été comprises et appliquées, comme l’appel d’un contact, la rédaction d’un SMS ou encore la programmation d’un réveil ou une demande spécifique sur Internet (du style la taille de la Tour Eiffel, les champions de telle ou telle discipline  …).

A savoir : étant donné que le bouton d’action peut être utilisé pour le réglage de la réduction de bruit ambiant OU Google Assistant (qui utilise l’appui long et court), il n’est pas possible de régler physiquement (donc avec le bouton) le réglage de la réduction de bruit ambiant quand c’est Google Assistant qui est assigné, il est en revanche possible de modifier le niveau de réduction via l’application (dans le menu de base avec le casque dessiné en appuyant sur l’icône des petits traits dans un cercle).

En revanche, nous avons trouvé un doublon dans cette fonctionnalité de commande vocale : Il est en effet possible de passer des commandes vocales sans passer par le Google Assistant et son bouton associé : comme n’importe quel téléphone qui aurait activé la fonction “OK Google“, un simple “OK Google + commande” permet alors d’appeler un contact précis, rédiger vocalement un SMS ou encore effectuer des recherches sur Internet sans que la fonction Google Assistant ne soit activée sur le casque (le réglage du bouton). Nous émettons cependant une réserve quant au micro utilisé dans cette configuration : celui du casque ou celui du téléphone, car s’il s’agit de celui du téléphone et que ce dernier est dans la poche, la reconnaissance risque de ne pas ou peu fonctionner (mais si il est tenu dans la main, un simple rapprochement vers la bouche suffit).

Bien entendu les marques ne peuvent aujourd’hui faire l’impasse sur les nouvelles technologies disponibles à embarquer sur leurs produits, et Bose ne pouvait pas ne pas s’aligner avec la concurrence en n’incluant pas Google Assistant. Maintenant, cette version II reste un QC35 avec uniquement l’ajout de cette fonctionnalité et du bouton associé, et Bose est tout de même resté honnête en ne présentant pas un nouveau casque avec une nouvelle nomenclature, mais une seconde version d’un casque existant, c’est assez rare pour le souligner.

Second petit bémol sur l’utilisation du Google Assistant avec le casque, lors de la rédaction (vocale) de SMS, qui fonctionne d’ailleurs à merveille, le SMS dicté et envoyé n’apparait pas dans la conversation de l’application SMS du téléphone (en tout cas lors de notre test avec un Nubia Z17 lite sous Android 7.0). Cela peut devenir gênant pour suivre une discussion si il manque beaucoup de messages envoyés. Ce problème n’est sûrement pas imputable au casque de Bose mais plutôt à Google Assistant.

Il serait impossible de parler d’un casque Bose (en particulier ce QC35 II) sans en venir à la réduction du bruit ambiant. Sur celui-ci, c’est réellement impressionnant, en mode élevé, il masque la plupart des bruits alentours ou dans tous les cas les réduit fortement. C’est simple, pendant l’écoute d’un morceau à volume correct (55-60%) une conversation avec son interlocuteur sera impossible, sa voix sera complètement éliminée et il ne vous restera que vos yeux pour essayer de lire sur ses lèvres ! Nous avons essayé avec un aspirateur (chez MrHighTech quand on teste, on le fait pas à moitié !) mais dans ce cas ci, il n’est pas devenu inaudible, cependant il était possible d’écouter le morceau. Du coup nous tenons vraiment à sensibiliser les utilisateurs qui utiliseraient cette fonction dans la rue car le fait de s’isoler complètement du monde extérieur et de ne pas entendre ce qui se passe autour de soi risquerait de les exposer davantage à des risques.

Le QC 35 II informe son porteur des réglages apportés comme des informations demandées à l’aide d’un synthétiseur vocal, il s’agit ici d’une voix de femme qui “parle” par dessus l’audio diffusé. Cette dernière est très compréhensible (quoi qu’un peu robotique mais rien de perturbant et cela reste un synthétiseur vocal), mais cependant certaines informations “constantes” comme le niveau de réduction de bruit ambiant, pour ne citer que lui, n’ont pas une restitution très “sexy”. Enfin quand nous disons “sexy” nous voulons plutôt dire que la prononciation de ces mots pour cette information devient agaçante, surtout qu’il faut attendre la fin du dernier mot pour passer au mode suivant (qui reprécisera vocalement le nouveau statut). Ce n’est pas grand chose mais il faut bien trouver une ou deux choses négatives, ne serait-ce que pour permettre à Bose de fabriquer un successeur “meilleur” s’il est exempte de ces fameux petits défauts.

Ce QC35 II intègre une prise Mini Jack 3,5mm, nous avons donc déconnecté le Bluetooth et branché le casque à un téléphone avec le câble. Sans surprise cela a parfaitement fonctionné et le son était tout aussi bon qu’en sans fil. Cette connectique filaire est un vrai plus et permet de sauver des situations en cas de galère de liaison sans fil, de plus Bose annonce que l’autonomie est doublée dans ce mode.

PERFORMANCES

Pour commencer cette partie, nous voudrions vous parler un peu de l’application proposée par Bose : Bose Connect.

Cette dernière est plutôt bien pensée, et son ergonomie la rend simple d’utilisation. Un petit mot sur son suivi, qui est très bon et durant notre test 2 update ont été proposées, elles sont détectées, téléchargées et installées automatiquement, il n’y a rien à faire.

Quand le casque est connecté en Bluetooth, l’application le trouve rapidement et affiche le réglage du volume et son niveau de batterie. Sur ce menu de base sont également possibles en 1 clic le lancement du mode partage de musique pour 2 casques et l’affichage du statut Bluetooth.

Chose vraiment bien faite quoique limitée, un bandeau en partie basse de l’application affiche ce qui est en cours de lecture depuis une autre application et permet uniquement de mettre en pause. Nous avons pu remarqué une compatibilité avec Tunein Radio, VLC et Google Music. Sur notre Nubia Z17 Lite, les lectures en cours dans les applications de base de musique et de vidéo, tout comme dans HiBy Musique ne se sont quant à elles pas affichées dans Bose Connect.

A savoir : Le partage de musique ne permet pas l’utilisation de Google Assistant.

Bose Connect propose une minuterie pour couper le casque après une durée déterminée de 5 min, 20 min, 40 min, 1h, 3h ou jamais.

Une fonction de localisation du casque est présente en cas de perte de celui-ci. D’ailleurs, l’activation du GPS est impérative pour l’utilisation de Bose Connect, une obligation que nous n’approuvons pas. De plus cette fonctionnalité n’est pas disponible sur ce modèle !

Autre bon point de l’application, la présence d’un mode d’emploi / FAQ intégré qui permet tout savoir sur son casque, jusqu’à comment le replier dans son étui.

Cette application est quasi parfaite mais il manque cependant une fonction essentielle ! Un égaliseur. En effet Bose ne propose pas cette fonction au sein de Bose Connect et il faudra donc aller faire ses réglages directement dans l’application qui produit l’audio, si cela est proposé.

Nous avons essayé de partager la musique avec un autre casque Bluetooth (non pas un Bose mais un Moshi Avanti Air) et cela n’a pas fonctionné, nous avons également essayé de refaire la manipulation dans l’autre sens (avec l’application de Moshi qui permet aussi le partage de musique) et cela a donné le même résultat : ça ne fonctionne pas avec une autre marque.

 

A présent voici nos impressions sur la qualité audio et le rendu sonore.

Avant de se pencher sur le sujet, il faut d’abord savoir plusieurs petites choses sur la technologie Bluetooth :

Il n’y a pas juste du Bluetooth, mais différentes qualités et compatibilités sous formes de “normes”. Nous n’aborderons que ce qui touche à la qualité de transmission.

Le Bose QC 35 II propose du Bluetooth en version 4.1 (de ce que nous avons pu glaner sur Internet car Bose n’est pas très transparent à ce sujet sur la page de son produit). Cette version de Bluetooth permet la compatibilité avec la plupart des normes de transmission du signal (comme des codecs avec plus ou moins de compression).

Pour faire simple et rapide, voici les principales normes de compression/transmission du signal sur les casques Bluetooth par ordre croissant de qualité de transmission :

Le codec SBC : Le Sub Band Codec (dérivé du MP3) utilise un algorithme de compression. En bonnes conditions radio, le débit est de 350 Kbits/sec, ce qui donne une bonne qualité d’écoute. Mais si il y a des perturbations (interférences, trop nombreux autres appareils Bluetooth ou encore une multitude d’ondes perturbatrices), le débit peut alors chuter à 128 Kbits/sec, des artefacts audio peuvent ainsi apparaitre dans les hautes fréquences. Ce codec est aujourd’hui obligatoire et représente le “minimum syndical”, qui permet tout de même une écoute de bonne qualité dans de bonnes conditions de transmission.

Le codec AAC (Advanced Audio Coding): Si vous possédez un appareil à la pomme, comme un iPhone, vous ne pourrez passer que par le codec AAC pour avoir une restitution de haute qualité (c’est un choix de Apple de ne pas utiliser le fournisseur de contrôleur Bluetooth qui commercialiser les puces apt-X). Son débit de transmission est de 256 Kbits/sec. C’est également le format de iTunes et Apple Music, du coup en écoutant de la musique depuis iTunes (avec un appareil émetteur compatible AAC) vers un récepteur AAC, alors aucune re-compression n’est opérée. A savoir qu’apparemment la “qualité” AAC n’est conservée entre un émetteur et un récepteur que si 2 appareils Bluetooth maximum (par exemple sur un ordinateur avec clavier/souris) sont en fonctionnement simultanément (au delà la qualité repasse en SBC).

Le codec apt-X : il offre une transmission de haute qualité avec un débit de 350 Kbits/sec. La compression est détériorante (des informations sont supprimées) mais la restitution reste très bonne. Le fournisseur qui a développé ce codec évoque une qualité proche du CD. A savoir qu’apparemment la “qualité” apt-X est conservée entre un émetteur et un récepteur compatibles que si 3 appareils Bluetooth maximum (par exemple sur un ordinateur avec clavier/souris) sont en fonctionnement simultanément (au delà la qualité repasse en SBC).

Le codec LDAC, c’est le codec le plus qualitatif. Signé Sony, il exploite la norme Bluetooth 4.0. Un fichier audio de qualité CD (16 bits / 44,1 kHz) peut être transmis sans détérioration.

Pour conclure sur ces normes Bluetooth 4+, l’implantation du codec SBC est obligatoire pour les fabricants et lorsque la transmission en LDAC, apt-X ou AAC n’est plus ou pas possible, alors elle se rabat sur le codec SBC.

Tout ça pour dire que Bose intègre donc le codec SBC dans son QC 35 II, ainsi que le AAC (pour appareils Apple donc) mais pas les codecs apt-X et LDAC, nous trouvons cela très dommage surtout pour un casque à ce prix, au moins dans le principe ! La concurrence propose généralement dans cette gamme de produits (et de prix) au moins le AAC et le apt-X en plus du SBC. Nous pourrions croire que Bose privilégie les utilisateurs de produits Apple au détriment des utilisateurs Android (pour parler des smartphones dans la majorité des cas).

Après bien sûr, un utilisateur lambda ne remarquera pas forcément la différence (surtout si il ne sait pas tout cela). Et nous devons bien avouer que la qualité d’écoute que nous a procuré ce casque (pourtant connecté à des appareils Android, donc sans qualité apt-X) a été excellente et nous a bluffé par le rendu des basses et la qualité de sa réduction de bruit ambiant. Il suffit de parcourir les nombreux tests de ce casque sur Internet qui ne tarissent pas d’éloges à son sujet pour s’en convaincre.

Nous aurions quand même une remarque sur le rendu des chansons que nous avons écouté. Lors des tests, nous avions un autre casque Bluetooth haut de gamme en test (le Moshi Avanti Air, compatible apt-X lui  😉 et dont le test devrait arriver prochainement). Nous avons donc voulu les comparer sur la même musique au même moment, nous avons donc lancé sur chaque smartphone associé une application de webradio. De ce que nous pouvons en ressortir c’est que le ressenti (c’est bien sûr subjectif) est légèrement différent entre les deux casques selon les chansons/musiques écoutées.

Sur le Bose QC 35 II, nous avons l’impression que le casque se concentre sur les fréquences plus basses, ce qui nous enveloppe plus dans l’ambiance générale de la musique, et au contraire, le Moshi mettait plutôt l’accent sur la voix avec des basses moins prononcées (sa technologie supra-aural et son diamètre plus faible ne lui permettent peut être pas non plus de rivaliser sur ce domaine). Cependant, malgré l’orientation choisie par chaque marque, les deux casques offrent une très bonne qualité d’écoute, et la préférence entre l’un ou l’autre, bien que très subjective, peut aussi varier selon le morceau.

AUTONOMIE / RECHARGE

Bose annonce une autonomie de 20 heures avec la réduction de bruit activée. Nous avons donc voulu le vérifier, pour cela nous l’avons jumelé en Bluetooth à un smartphone (branché sur le secteur, lui !) et nous avons lancé une webradio et activé la réduction de bruit ambiant en position élevée. Le volume était réglé vers les 55-60 % (ce qui donnait une puissance sonore suffisante pour écouter correctement la musique dans la plupart des circonstances : ni trop forte dans le calme et ni trop faible avec du bruit). Le résultat est assez impressionnant et nous avons pu mesurer une autonomie de 21h45.

De plus, Bose précise que 15 minutes de recharge permettent une écoute de 2h30, cette fois-ci encore nous l’avons vérifié. Nous avons donc rechargé le casque (qui était vraiment vide et ne s’allumait plus) pendant exactement 15 minutes et nous avons relancé le chronomètre dans les mêmes conditions que la mesure d’autonomie précédente (webradio, volume à 55-60% et réduction de bruit activée en élevée). Le résultat est encore plus remarquable et il aura fallu 3h44 pour lui faire rendre les armes.

Concernant la décharge, qui peut être “visualisée” dans l’application dans le sens où le niveau de batterie est affiché (par paliers de 10%), nous remarquons qu’au début le niveau baisse vraiment doucement, mais cela accélère au fur et à mesure. D’ailleurs le casque nous a prévenu du niveau faible de batterie, soit 10% restants, à 8 minutes de se couper pour cause de batterie vide.

Pour ce qui est de la recharge, Bose indique qu’il suffit de 2 heures pour la retrouver pleine. Ici aussi nous l’avons vérifié et effectivement, 2 heures quasiment pile poil ont été nécessaires. Nous n’avons pas pu le mesurer exactement car le voyant vert ne s’est pas allumé lors de nos tests. Nous avons pourtant essayé avec le bouton d’allumage en position allumé comme éteint, et sans musique. Heureusement nous utilisions un voltmètre USB et celui-ci s’est coupé lorsque plus aucun courant ne le traversait, c’est grâce à cela et à la visualisation du courant (qui réduit au fur et à mesure de la charge) que nous avons pu obtenir ce résultat. D’ailleurs, pour information, avec un chargeur Quick Charge 3, la valeur du courant a été de 0,33A, soit une puissance d’environ 1,7 Watts.

CONCLUSION

Que dire de ce merveilleux casque ?! Il est tout de même exceptionnel même s’il n’est pas parfait. L’acheter, c’est déjà être certain de ne pas se tromper. Malheureusement, certains petits détails sont encore à améliorer, comme la compatibilité apt-X voire LDAC pour les utilisateur Android (majoritairement), l’ajout d’un égaliseur (avec presets) sur l’application (avec possibilité d’en ajouter des personnalisés), la nécessité d’activer le GPS pour se servir de l’application (pour la fonction recherche des écouteurs, ou ils se servent des données ?) ou encore la multitude de manipulations à apprendre pour connaitre toutes les fonctions des 3 boutons. Google Assistant est quant à lui une fonctionnalité qui trouvera ses adeptes ou ses détracteurs, car poser des questions tout haut dans le vide n’est pas encore une chose qui parait “normale”, surtout que certains aspects ne sont pas encore au point, comme l’oubli des notifications des SMS et appels en absence, mais bon, nous nous consolons en nous disant qu’un simple appui nous donne l’heure, et ça c’est le progrès !

Une fois cela dit, que reste-t-il ? Un casque très confortable avec des coussinets parfaits, une réduction de bruit ambiant absolument extraordinaire, des basses au top, une autonomie au delà des espérances, des finitions exemptes de défaut et une application très complète.

Nous ajouterons que si vous êtes déjà l’heureux possesseur d’un QC35 premier du nom, et que Google Assistant ne vous parait pas absolument indispensable, alors il est réellement inutile de passer sur cette seconde version, car rien d’autre ne les différencie. Et si vous souhaitez acquérir un nouveau casque de très bonne qualité et que le prix assez élevé ne vous refroidit pas, alors vous pouvez foncer les yeux fermés, après nous vous conseillerons tout de même de le “tester” réellement dans un magasin pour vous faire votre avis sur le rendu audio avec une sélection de vos morceaux préférés, mais ce qui est sûr, c’est que chez MrHighTech il a été grandement apprécié et il reste dans notre top des casques Bluetooth.

379€
9

Design

9.0/10

Qualité audio

9.5/10

Rapport qualité/prix

8.5/10

Fonctionnalités

9.0/10

Autonomie

9.0/10

Ce que l\'on aime :

  • Confort
  • Reduction du bruit ambiant
  • Application très complète
  • Autonomie
  • Finitions au top

Ce que l\'on aime moins :

  • Pas de compatibilité apt-X
  • Pas d'égaliseur
  • Prix élevé

Developper votre application IOS – Android

Vous souhaitez concrétiser votre projet d’application mobile et devenir le prochain Mark Zuckerberg (sans la case prison), contactez l’équipe de Squirrel !

Découvrez Photobee.fr

Votre imprimante de poche : Photobee.fr ! REMISE 15 € avec le code “BEESPECIAL” !

Découvrez Demooz :

Testez vos produits high-tech gratuitement :

Découvrez Synology

Publicité

Publicité :

Bitcoin et Crypto-monnaies

Acheter Bitcoin

crypto monnaie