Accueil » Tests HighTech » Gaming » Casques pour joueurs » Test Gamdias Hephaestus P1, un casque surround RGB 7.1

Test Gamdias Hephaestus P1, un casque surround RGB 7.1

En multimédia, si la partie vidéo (écran d’ordinateur, TV) est généralement avantagée,  la partie audio quant à elle est souvent négligée. Pourtant, avoir une bonne restitution sonore est essentiel pour profiter au mieux de son contenu. Gamdias, que nous avons découvert avec un clavier qui nous avait au final plu, propose un casque gamer assez imposant qui en plus d’être RGB, propose une spatialisation du son 7.1. Voyons ce qu’il en ressort de ce Gamdias Hephaestus P1 RGB.

GAMDIAS Over-Ear USB/3.5mm...
  • Les Haut Parleurs de 40 mm- Les haut parleurs de 40 mm fournissent un effet sonore réaliste et des basses riches. Il vous fournit des effets sonores réalistes pendant le jeu.
  • Les Cache-oreilles Conçu- La conception innovante des cache-oreilles surdimensionnés garantit de confort et isole le bruit externe.

Unboxing du casque Gamdias Hephaestus P1 RGB

Gamdias propose son casque dans une boite somme toute classique, avec une fenêtre dans un angle laissant apercevoir le produit. Niveau packaging, nous restons sur le même code visuel que le clavier Hermes P3 RGB, avec des couleurs dominantes noires, blanches et orange.

A l’image d ce que l’on trouve sur la plupart des packagings, l’on peut retrouver sur les différentes faces de l’emballage des photos, des spécificités et des fonctionnalités qui y sont énumérées. On voit bien une orientation Gaming dans ce choix marketing.

Une fois déballé, nous retrouvons le strict minimum : le casque positionné dans un moule en plastique noir, c’est tout.

Design du casque

Niveau design, ce caque nous fait un penser à Star Wars ! Déjà la forme générale des écouteurs ressemble un peu au Faucon Millenium (avant qu’il ne perde son module de sauvetage avant), mais la partie avant avec la bouche laissant voir un radiateur en aluminium nous rappelle également cet univers, à l’image de la « bouche » du casque de Dark Vador qui aurait été mixé avec un casque de chasseur Tie. Peut-être que la couleur noire glossy nous amène à ce constat qui n’engage que nous.

Hormis cela, le casque est plutôt volumineux, et malgré la présence d’un radiateur en aluminium sur chaque écouteur, nous trouvons heureusement que son poids n’est pas excessif.

De type Circum Aural, les coussins d’oreilles en similicuir sont larges en même temps avec des haut-parleurs qui ont un diamètre de 50mm, leur taille ne pouvait être qu’imposante. Les coques en plastique noir brillant (glossy) laissent malheureusement des traces de doigts. Les « fixations » entre les écouteurs sont trop imposantes, et le réglage que l’on y apporte ne tient malheureusement pas très bien, un simple mouvement d’aller-retour moyennement rapide suffisant à le dérégler.

L’arceau, en métal brossé, donne une impression de robustesse, et la mousse entourée de similicuir se trouve sur quasiment tout le dessous du serre-tête, cette dernière n’est pas à mémoire de forme mais elle se trouve être plutôt moelleuse.

Un micro rabattable sur l’écouteur gauche est présent, et une partie de sa tige en caoutchouc permet de le plier à sa convenance. Son aspect visuel est un peu en retrait vis-à-vis du reste du casque, d’ailleurs, il n’y a pas de glossy sur cette pièce, peut-être une question de matière et de robustesse.

Le câble USB tressé est assez épais et moyennement flexible, et la télécommande située à 60cm du casque est à l’image du casque : trop imposante. Elle permet néanmoins plusieurs fonctionnalités comme monter ou diminuer le volume, régler les « bass boost / vibrations » sur 3 niveaux (On et Off  mais aussi une position intermédiaire non précisée, en réalité il y a 2 niveaux de puissance des vibrations : low et high) et enfin de muter le micro (ce bouton est d’ailleurs cerclé de rouge ou de bleu selon son état). Pour parler du design de la télécommande, elle est de mate, à l’opposé du casque, un certain manque de cohérence à notre goût.

Si la finition n’est pas mauvaise, loin de là, le côté glossy, les fixations trop épaisses, le micro ou encore les pièces en plastique de couleur grise lui donnent à première vue un aspect un peu cheap, c’est dommage car il ne s’agit là que de design et qu’en regardant de plus près, la qualité de finition est même plutôt bonne (comme les indications/inscriptions sur le casque qui ne sont pas des autocollants, mais faisant partie du rendu glossy et qui sont très nettes).

Une fois le casque démonté, petite surprise concernant le « radiateur » qui au final ne sert à rien et se trouve n’être qu’une petite pièce décorative (qui n’alourdit donc pas trop le casque comme son design aurait pu le laisser penser). De plus, nous avons bien pu vérifier le diamètre du haut-parleur de 50mm, malgré cette taille conséquente pour un HP de casque, il parait tout petit dans l’écouteur, preuve que ces derniers sont « très » imposants.

RGB Hephaestus P1

Venons-en à la partie RGB du casque, qui au final se résume à 2 arcs de cercle parallèles sur l’arrière et une ligne courbe en forme de C qui entoure la fixation pour terminer au niveau des fameux 2 arcs de cercle.

Les 3 « arcs » ne sont pas indépendants, ils ne font qu’un seul et même éclairage RGB. Ils sont donc éteints en même temps ou allumés de la même couleur.

En pleine journée, à l’image du clavier de la marque testé précédemment, sa luminosité est un peu faible, mais en soirée ou la nuit c’est très visible.

Au niveau des effets, il ne faut pas s’attendre à crouler sous les possibilités : en dehors de la position Off, 4 choix d’effets RGB sont proposés : static (une couleur au choix allumée en permanence), Breathing (qui allume et éteint progressivement la couleur de son choix), Rainbow (arc-en-ciel, qui fait passer successivement toutes les couleurs avec un effet de fondu) et flash (qui fait succéder rapidement toutes les couleurs sans effet de fondu).

Aucune interactivité dynamique n’est possible avec le système, mais de toute façon, l’ayant sur les oreilles et du coup non visible par son porteur, le RGB n’est que décoratif.

Ce qui est plus dommage encore, c’est que Gamdias n’ai pas proposé différentes zones RGB, ce qui aurait pu donner un effet dynamique sympa.

Caractéristiques techniques

Virtualisation du son 7.1 Surround
RGB Customisable
Vibration des basses avec un moteur de vibration dédié
Microphone omnidirectionnel
Smart télécommande
Radiateur d’aération
Sensibilité : 119±3dB
Impédance : 32 Ohm + / ??- 15%
Diamètre du haut-parleur : 50mm
Type de haut-parleur : NdFeB
Taille du microphone : ?6*5mm
Sensibilité du microphone : -58db±5db
Microphone : Omnidirectionnel
Taille du moteur de vibration : 30mm
Longueur de câble : 1.8m
Connectique : USB plaqué or
Dimensions : 232 x 100 x 216 mm
Application UI

Prise en main du Hephaestus P1 RGB

Il faut avouer que nous avons rencontré quelques problèmes avec ce casque. Dans les premiers temps, après avoir installé le logiciel (nous l’avions déjà pour le clavier, car c’est un logiciel global qui prend en charge tous les appareils Gamdias connectés en même temps), le volume était excessivement élevé, et le RGB n’a plus fonctionné dès que nous avons voulu lui appliquer un réglage (même après avoir redémarré l’ordinateur et en le branchant sur un smartphone). Il n’a pas voulu correctement fonctionner sur d’autres ordinateurs non plus. Depuis, tout est rentré dans l’ordre et il refonctionne normalement sans que nous n’ayons fait la moindre manipulation !

En dehors de ces petits soucis résolus depuis, nous rencontrons depuis le premier jour un problème de faux contact sur l’écouteur gauche. Cela vient de la télécommande mais après démontage/remontage nous n’avons pas remarqué de fil dessoudé. Une bonne pichenette dessus règle généralement le problème. C’est quand même dommage pour un produit neuf.

En revanche, toutes les fonctions de la télécommande fonctionnent parfaitement.

Une fois en place sur la tête, le port se révèle plutôt agréable, et le serre-tête n’a pas d’effet étau et ne se révèle pas « lourd » comme il pourrait le laisser penser. Les oreilles sont bien englobées, la place laissée est suffisamment grande (5cm x 6,5cm) et profonde (2cm) pour que les oreilles y soient à l’aise, surtout que la mousse, moelleuse, aide au confort. Son poids, sa taille et le fait qu’il ne sert pas énormément la tête en font un casque parfait pour rester immobile devant son écran, mais il ne faudra pas bouger la tête trop vite, car avec l’inertie il ne tiendra pas forcément en place. Cependant, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un casque gaming destiné à être utilisé devant un écran d’ordinateur donc nous ne tiendrons pas rigueur de cet élément. A noter que les écouteurs ne présentent pas de liberté dans tous les sens afin de s’adapter à toutes les morphologies (juste un peu dans le sens de la hauteur) mais leur gabarit permettra de convenir au plus grand nombre.

Niveau acoustique, c’est pas mal, les voix sont claires et l’écoute musicale agréable, en utilisation PC gaming / streaming, ça fera plus que l’affaire, c’est sûr.

Il faut préciser que ce casque dispose d’une connectique USB, et non Mini-Jack micro et casque. Il devient donc Plug & Play (fonctionne sans installer de logiciel spécifique, même s’il est recommandé de le faire, ne serait-ce que pour profiter de toutes les fonctionnalités proposées).

Grâce à cette connectique USB, il fonctionne sur les téléphones Android en passant par un adaptateur USB Type C (mâle) – USB Type A (femelle).

Avant de rentrer dans le détail du pilote et la spatialisation 7.1, faisons un petit point sur le mode vibration. Il est possible via la télécommande d’appliquer un effet de vibration aux basses. Il y a 2 niveaux mais à dire vrai, juste On/Off aurait suffi. Si l’effet de vibration est bien présent sur les basses lors de l’écoute, et l’effet est crescendo en fonction du volume. Cet effet ajoute à l’immersion, et même si ce n’est pas indispensable, c’est tout de même sympa de l’activer. Pour cela, Gamdias a intégré un moteur de vibration (de 3cm de diamètre pour environ 1,5cm de haut à vue de nez), c’est lui que l’on active via le bouton de la télécommande (et uniquement via ce bouton) et ce n’est donc pas le haut parleur qui est utilisé en basse fréquence, une bonne chose. L’effet est bien retransmis et nous avons réellement l’impression que la vibration vient du son et nom d’un moteur. Le moteur de vibration est visible dans la photo ci-dessous, il s’agit se l’élément blanc au centre fixé par 2 vis.

Venons-en maintenant à la fameuse spatialisation virtuelle 7.1 : elle se gère dans le pilote et il faut avouer que c’est assez flou.

Si la source est pour nous toujours en 2 channels (donc 2.0), il est possible d’activer le bouton  » 7.1 Virtual Speaker Shifter « . A l’appui de ce bouton, la première impression qui nous vient est l’augmentation du volume général dans les écouteurs (sans que le volume ne change dans Windows), ensuite, il est vrai que cela apporte un peu de densité, est-ce dû à l’augmentation du volume ?

De plus, lorsque l’on active cette fonction, l’interface libère le réglage de la spatialisation : on peut voir une pièce avec l’auditeur au centre, et il est ensuite possible de placer à sa convenance dans cette « pièce » les enceintes virtuelles. C’est assez déroutant et l’on aurait envie de les placer dans la bonne configuration (pourquoi faire autrement ?!). Le fait de mal placer les enceintes provoque un dérèglement de la balance droite/gauche.

Un second bouton « 3D » est sélectionnable, son activation augmente encore le volume des écouteurs (toujours sans changer celui de Windows). Si dans les jeux / films cela n’a rien apporté de plus, en musique nous avons préféré le désactiver.

Nous avons réalisé une écoute d’une vidéo avec piste audio 7.1 en Dolby Digital + qui passe bien sur un système Home Cinéma en tant que tel, avec le casque nous ne ressentons pas la différence entre l’avant et l’arrière.

Dans tous les cas et quel que soit l’état de spatialisation du casque, les réglages dans Windows le donnent toujours pour un casque stéréo, il n’y a aucune possibilité de le faire passer pour un casque 5.1 ou 7.1.

Côté micro, rien de spécial à noter, il capte bien la voix, et dans le silence, un très léger souffle se fera entendre, mais rien de gênant du tout.

Logiciel de gestion

Le logiciel de gestion Hera est à l’image de celui du clavier que nous avions testé (en même temps il s’agit du même logiciel qui reconnait et intègre le casque lorsqu’il est branché) : d’un autre temps d’informatique gaming.

L’ergonomie, de par la simplicité et la faible quantité de réglages, reste simple et accessible, chaque fonctionnalité ayant sa propre section, au total de 5 en comprenant celle de mise à jour/support mais pour le logiciel Hera et non le casque (à l’opposé du clavier qui lui avait une version de firmware).

Les principales fonctions sont présentes, à l’image d’un égaliseur personnalisable, en plus des 12 pré-enregistrés (11 + défaut), tout comme l’application d’un environnement spécifique (salle de bain ! , salle de concert, salon et cave rock) avec possibilité d’en modifier la taille pour changer la profondeur de réverbération du son. Certains réglages nous ont parfois donné des surprises comme une sorte de voix de canard sur certaines notes lors de l’écoute d’une musique de deep house mixée !

Conclusion du test

Au final, ce que l’on pourra retenir de ce casque Gamdias Hephaestus P1 RGB se tient en 1 mot : imposant. Que ce soient les écouteurs, leurs fixations, l’arceau ou encore la télécommande, tout  est imposant, mais sans que cela soit forcément utile comme nous avons pu le voir pour les écouteurs, heureusement le poids est contenu et le port agréable. Niveau design, il plaira à certains et rebutera les autres, mais sa finition globale est plutôt bonne malgré quelques incohérences (tout est glossy sauf la télécommande et le micro !).

Le son est bon, la télécommande fonctionnelle, l’effet de vibration des basses sympa et le micro capte bien, voici ses réels points forts.

En revanche, le RGB est juste présent pour la déco (on aurait apprécié plusieurs zones pour réaliser un effet dynamique), les effets audio sont parfois ratés (on préfèrera s’en passer) et surtout, la spatialisation 7.1 promise ne nous a pas convaincus, au mieux cela donne un peu plus de densité dans le ressenti audio mais on ne peut pas dire si le son vient de devant ou de derrière.

Le logiciel parait daté mais l’on se consolera par le fait qu’il soit global à tous les produits de la gamme ainsi que par la simplicité des menus, en revanche le réglage de la spatialisation avec toutes les enceintes à placer nous parait superflu de par son utilité (pourquoi mettre les enceintes front à l’arrière ?!) et ayant plutôt à perdre l’utilisateur plutôt qu’à lui simplifier la vie.

Cet Hephaestus P1 RGB n’est pas un mauvais casque, mais on l’achètera plutôt comme un classique casque stéréo avec micro, domaines dans lesquels il est à l’aise.

Disponible aux alentours de 60€, il a sa place dans les produits de cette gamme de prix, et s’il n’est pas à conseiller vis-à-vis d’un autre modèle concurrent, il n’est pas non plus à déconseiller. A acheter si l’on flashe sur le design, que l’on aime les « gros casques » et pour sa connectique USB.

Note Globale
3.6
  • Design
  • Qualité audio
  • Rapport qualité / prix
  • Fonctionnalités
  • RGB
  • Confort

Résumé

Gamdias fournit un casque plutôt bien fini, avec un son qui sonne bien, un micro qui capte bien et qui se trouve être agréable à porter. Malheureusement, le RGB est discret et limité, les effets audio pas au point tout comme la spatialisation. Pour jouer ou regarder des films et des vidéos en streaming, il fera néanmoins l’affaire, et les vibrations dans les basses via un moteur spécifique ajoute à l’expérience, c’est là-dessus qu’il se démarque de la concurrence.

Les Plus

  • Port confortable
  • Qualité audio
  • Vibration dans les basses
  • Micro qui capte bien
  • Télécommande pratique
  • Equaliser personnalisable
  • Nombreux effets ambiances applicables

Les Moins

  • Format imposant
  • Liberté de mouvement des écouteurs limitée et réglage de l’arceau qui ne tient pas assez
  • RGB discret et limité
  • Effets audio parfois ratés
  • Spatialisation pas au point (Virtuel 7.1)
  • Nous avons rencontré des problèmes de connexion/reconnaissance avec le casque au début mais réglés par la suite (+ 1 faux contact)

A VOIR AUSSI

Commentez

Cliquez ici pour commenter

Developper votre application IOS – Android

Vous souhaitez réaliser votre application mobile contactez l’équipe de Squirrel !

Squirrel est une agence de développement d’applications mobiles et dans la création de systèmes d’information.

support@squirrel.fr

Participez à de nombreux concours

EasyWin est une application qui vous propose de participer à de nombreux concours GRATUITEMENT sans polluer vos réseaux sociaux.